Analyse

Climat: Les engagements des grandes entreprises

Par Badra BERRISSOULE | Edition N°:5234 Le 21/03/2018 | Partager
Des plans sectoriels pour la réduction des GES pour les plus polluants
Un guide et un accompagnement climat pour les autres
climat_adaptation.jpg
Source: IECM 
L’initiative «Entreprise Climat Maroc», lancée par le patronat en 2016 à la veille de la COP22 a accompagné trois grands projets dans leurs actions de transition vers la nouvelle économie à faible teneur en carbone

Les entreprises sont les premières sources d’émissions de gaz à effet de serre (GES) dans le monde bien qu’il soit difficile de séparer les émissions dues aux entreprises et aux consommateurs. Et ce n’est pas pour rien que les conférences de Paris, de Marrakech et de Bonn ont voulu impliquer les chefs d’entreprises et leur patronat dans le processus de lutte. Au Maroc, les risques liés aux changements climatiques sont connus. Ils vont de la rareté de l’eau, qui paralyse les opérations et limite l’utilisation des produits, des dégâts matériels sur les actifs physiques (machines, bâtiments, …), la perturbation des circuits logistiques (retard de livraison et pénalités de retard, ...), l’augmentation du coût des assurances. Des risques économiques auxquels s’ajoute une réputation entachée d’un pays. D’où l’engagement du Maroc avec un plan d’actions d’adaptation à échéances 2020 et 2030 et dans lequel l’entreprise marocaine est un acteur essentiel. Elle doit en effet participer à cette dynamique de développement de projets sobres en carbone et résilients aux impacts négatifs du changement climatique. Petit à petit, les plans de lutte prennent forme pour plusieurs secteurs considérés jadis pollueurs et qui ont entamé des programmes de lutte contre les effets des changements climatiques. Notamment grâce aux actions de sensibilisation de l’initiative «Entreprise Climat Maroc». Cette initiative s’articule autour de quatre objectifs. Le premier concerne l’intégration des risques et des opportunités climatiques dans les plans de développement des entreprises. Le pacte de la CGEM propose des solutions techniques, technologiques, financières et réalistes pour les entreprises pour atténuer l’impact des changements climatiques et s’y adapter. Le quatrième axe porte sur l’accompagnement, voire la récompense, des entreprises qui s’engagent pour l’environnement en adhérant à la charte dédiée dans une première étape, puis un label climat. En 2017, ce programme a accompagné 3 projets dont un concerne l’adaptation et deux autres pour l’atténuation (voir tableau). D’autres secteurs et grandes entreprises ont eu des expériences très probantes et devenues des cas d’école. Tour d’horizon.

Brasseries du Maroc se met au vert pour Tit Mellil

La Société des Brasseries du Maroc dote son usine de Tit Mellil d’une centrale photovoltaïque conçue et réalisée par la filiale marocaine du groupe français GreenYellow. Cette installation composée de 2.208 panneaux sur une surface de 7.500 m2 permettra certes de couvrir plus de 17% de la consommation électrique du processus de fabrication de SBM, mais elle permettra surtout d’éviter l’émission de près de 700 tonnes de CO2 par an. Une enveloppe de plusieurs millions de dirhams a été allouée à ce projet qui s’inscrit dans une démarche globale du Groupe Castel. A noter que SBM est ainsi la 1re filiale du groupe à réaliser ce projet en Afrique et projette de dupliquer cette expérience sur les autres sites et filiales.

Haro sur les cimentiers

De pollueur en 2008, le secteur du bâtiment est passé à dépollueur net -au vu de sa contribution à l’élimination des déchets produits par d’autres secteurs- pour devenir un producteur d’environnement en 2014. La création de parcs éoliens a permis d’éviter 375.000 tonnes de CO2. Les émissions de CO2/tonne de ciment sont aujourd’hui de 592 kg alors qu’elles étaient de 680 kg dans les années 2000. Les cimentiers marocains enregistrent ainsi de meilleures performances que celles de leurs confrères européens qui sont à 670 kg de CO2 par tonne. La démarche environnementale du secteur a démarré en 1997 avec un engagement du secteur et des investissements réalisés depuis estimés à quelque 3 milliards de DH. «Un effort qui a été payé en retour, puisque le secteur a pu réduire de 66% les dommages causés à l’environnement et ce, au moment où la capacité de production a augmenté de 120%», se réjouissent les cimentiers.

Mobilité durable

Dans ce secteur, des initiatives de mobilité durable, à envergure nationale comme les bus électriques se multiplient. Mais le gros du travail reste à faire dans les villes. Au Maroc, l’Etat a très vite intégré que le contexte était devenu favorable au renouvellement des modèles. Plusieurs projets d’envergure ont été lancés pour répondre aux nouvelles exigences de la mobilité durable. La ligne à grande vitesse est parmi ces projets phares: 1.500 km de voie ferroviaire, dont le premier tronçon devrait être mis en service en 2018. Les investissements liés aux extensions des lignes de tram à Casablanca et à Rabat, le développement de plateformes logistiques multiflux et le renouvellement des parcs de transport routier (prime à la casse) et de marchandises... sont autant d’initiatives concrétisées ou en cours de réalisation.

Le tout environnement de l’OCP

Réhabilitation des mines, efficacité énergétique, pipeline… Le Groupe OCP a mis en place une stratégie tout environnement depuis plus de 20 ans. Ces projets touchent l’ensemble de la chaîne de valeur, de l’exploitation à la transformation en passant par le transport. En 2020, 95% des besoins en électricité du Groupe seront satisfaits à partir de la cogénération et de l’éolien. Le groupe a opté pour des process industriels qui permettent de produire de l’électricité en récupérant les vapeurs d’eau et entamé un programme d’investissement massif pour augmenter cette production d’électricité d’autant plus que la loi permet désormais de transporter les excédents de ses usines de transformation valorisation vers la mine qui consomme un peu plus de 20% de l’énergie consommée par OCP.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc