Entreprises

Efficacité énergétique: Engie scelle un accord avec l'AMEE

Par Nadia DREF | Edition N°:5230 Le 15/03/2018 | Partager
Signature d’une convention pour la mise en place de projets pilotes
Bâtiment, industrie et mobilité électrique… les secteurs ciblés

Mieux outillée après le retrait de la SIE, l’Agence marocaine de l’efficacité énergétique (AMEE) veut participer à la mise en place d’un modèle économique viable et adapté aux contextes marocain et africain. Attirer de nouveaux acteurs nationaux et mondiaux, impliquer davantage de banques (outre les précurseurs BMCE Bank, BCP et Crédit Agricole) ou encore des institutions financières, booster la sensibilisation et la formation, élargir son périmètre à toutes les régions… Tels sont les nouveaux défis que Said Mouline, directeur général de l’AMEE, et ses équipes doivent relever pour mettre en œuvre la première phase (2018-2021) de la Stratégie nationale de l’efficacité énergétique.

C’est dans ce contexte que l’AMEE a conclu un protocole d’accord avec Engie le 13 mars à Casablanca. C'était lors de la 3e édition des Rencontres africaines de l’efficacité énergétique. Cette convention porte sur le développement et la mise en œuvre de solutions d’efficacité énergétique ainsi que la promotion à travers des actions de formation, de sensibilisation et de démonstration.

Concrètement, ce tandem devra mettre en place des projets-pilotes, notamment dans le secteur du bâtiment, de l’industrie et de la mobilité électrique... «Ce partenariat avec l’AMEE matérialise l’engagement d’Engie pour le déploiement de solutions d’efficacité énergétique concrètes, en accord avec les priorités nationales et la stratégie de notre groupe en tant qu’acteur de la transition énergétique», a déclaré Amine Homman Ludiye, directeur régional Afrique du Nord de ce groupe qui participe déjà au programme des mosquées vertes.

12.000 pompes installées

«Outre le volet projets de ce partenariat, nous sommes ravis de voir les grands acteurs mondiaux de l’efficacité énergétique se développer dans notre pays. Cela facilitera le transfert de savoir-faire et la formation dans ce domaine», fait valoir Said Mouline.

L’Agence lance plusieurs programmes d’efficacité énergétique dans le bâtiment, l’industrie, l’agriculture ou encore le transport. Des secteurs qui représentent plus de 90% de la consommation énergétique. «Pour être cohérent dans cette politique d’efficacité énergétique, il est impératif d’arrêter de subventionner les énergies fossiles et de continuer à appuyer les énergies renouvelables», tient à préciser Said Mouline.

Et d’ajouter: «Dans les pays où l’énergie est subventionnée, il y a énormément de gaspillages. D’où la nécessité de la sensibilisation des citoyens et de tous les acteurs publics et privés. La formation doit également suivre ainsi que le contrôle». Actuellement, il y a des projets-pilotes que ce soit dans l’industrie (agro-industrie), les services (stations-services) ou l’agriculture (toits solaires, éclairage intelligent…). Le pompage agricole a également démarré. Plus de 12.000 pompes ont été installées dont 4.000 financées par le Crédit Agricole.

Bénéficiant d’un appui politique, l’Agence se veut une force de propositions auprès des autorités en matière de lois et de normes relatives au secteur, un initiateur et un pilote de programmes sectoriels intégrés. Elle dispose d'une plateforme technologique sur son site de Marrakech, dont un laboratoire PV, un laboratoire thermique, un centre de formation spécialisé dans l’efficacité énergétique.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc