Economie

TGV: Derniers essais avant commercialisation

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5227 Le 12/03/2018 | Partager
Le TGV marocain s’apprête à battre un nouveau record de vitesse à 352 km/h
Derniers essais pour l’homologation avant d’entamer une exploitation à blanc finale
La commercialisation est prévue pour l’été prochain
tgv-027.jpg

La cadence d’essais des rames de la future ligne à grande vitesse s’accélère à l’approche de l’entrée en service effective prévue pour l’été prochain (Ph. Adam)

La cadence s’accélère sur la ligne ferroviaire à haute vitesse Tanger-Casablanca. L’ONCF vient d’annoncer le lancement de la dernière série d’essais dynamiques sur la ligne. Cette batterie de tests concerne l’ensemble du trajet qui a été mis sous tension le 6 janvier dernier.

Ces essais ont pour objectif de «valider le matériel roulant et l’intégralité de son infrastructure, avec ses systèmes d’alimentation électrique, de signalisation, de télécommunications, et ses raccordements aux gares de Tanger et de Kénitra», selon  l’ONCF.  Dans le cadre de ces essais, les ingénieurs de l’ONCF pousseront le matériel au-delà de ses limites en roulant à une vitesse de 352 km/h, ce qui supposera un record absolu pour le ferroviaire marocain au niveau de l’Afrique et de l’ensemble du monde arabe. Ces essais dits de «survitesse» permettront d’une part d’atteindre un nouveau record de vitesse, mais aussi, dans le cadre d’allers-retours soutenus, d’éprouver l’ensemble du système au-delà de sa vitesse commerciale qui est de 320 km/h.

Une fois cette étape de validation et d’homologation passée, le dispositif entamera une mise à marche à blanc et de rodage de l’organisation avant d’entamer la commercialisation. Ses préparatifs ont démarré il y a quelques années avec une formation et un accompagnement des équipes, selon l’Office. Il s’agit de former et d’accompagner de nouvelles recrues mais aussi les cheminots de l’Office aux défis technologiques que suppose la haute vitesse.

Conduite, circulation, vente, services aux clients en gare ou à bord des trains, contrôle et sûreté, maintenance des infrastructures et du matériel roulant, autant d’aspects sur lesquels il faut partir d’une page blanche. Pour l’occasion, l’ONCF assure avoir déjà recruté 600 agents uniquement pour la ligne à grande vitesse.

A noter que les essais à pleine vitesse ont démarré en septembre dernier. Lors de cette date, les rames du futur TGV marocain, le premier d’Afrique, ont atteint leur vitesse commerciale de 320 km/h. Cette vitesse a été atteinte par paliers, une procédure entamée dès février 2017 afin de s’assurer un test et un contrôle rigoureux du matériel roulant et des infrastructures, rails et caténaires.

Le volet équipements ferroviaires a été finalisé avant 2018, le premier semestre 2018 est réservé aux tests finaux et à l’homologation de tous les éléments du système LGV pour que l’exploitation commerciale puisse démarrer à l’été 2018, selon l’ONCF. Les rames logent actuellement à l’atelier de maintenance, une structure géante installée à l’entrée de la ville du côté de Moghogha.

C’est là ou seront assurées les opérations de maintenance préventive et curative des trains à grande vitesse. Il a déjà assuré l’opération de montage des rames lors de leur arrivée à l’été 2016. Il est dimensionné pour un parc de 30 rames de trains à grande vitesse, avec une superficie de 14 hectares dont 20.000 m² de bâtiments couverts, l’investissement nécessaire a été de 640 millions de DH.

La gare de Tanger sur le point d’entrer en service

La gare ferroviaire de Tanger sera fin prête pour le démarrage de la LGV en juin prochain, en tout cas c’est ce que promet l’ONCF.
Les travaux actuels visent à la raccorder au réseau de la ligne à grande vitesse, mais aussi à mieux l’intégrer dans la circulation urbaine. Elle disposera d’une partie dédiée aux taxis et bus urbains afin de pouvoir profiter de l’effet TGV jusqu’au centre-ville.
La gare a nécessité un investissement de 360 millions de DH. Elle est réalisée sur une superficie couverte de 10.500 m2 comportant des espaces de circulation voyageurs, des guichets, des salles d’embarquement, des commerces en plus de 77.000 m2 d’aménagement extérieurs.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc