Régions

Des conventions à la pelle pour Rabat

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5225 Le 08/03/2018 | Partager
Désenclavement du monde rural, formation, protection de l’environnement… les priorités
Accélérer la réalisation des projets prévus dans le programme de développement
Un financement de près de 14 milliards de DH dont 20% supportés par la région

Le Conseil de la région de Rabat-Salé-Kénitra (RSK) accélère la cadence des projets, notamment ceux prévus dans le cadre de son Programme de développement régional (PDR). Plusieurs conventions de partenariat pour la réalisation de ces projets ont été adoptées à l’unanimité par les membres du Conseil lors de la session de mars tenue au début de cette semaine.

«Le financement des projets qui font l’objet de conventions de partenariat avoisine les 14 milliards de DH, la part de la région se situant autour de 2,8 milliards de DH», rappelle Abdessamad Sekkal, président de la région RSK. Dans le détail, le nombre de projets programmés s’élève à 329 projets dont 79 relevant de l’ancien mandat sont en cours de réalisation.

Parmi les conventions adoptées, 2 visent le désenclavement du monde rural qui représente une grande part de la superficie de la région. La première, d’une enveloppe de plus de 100 millions de DH en partenariat avec le ministère de l’Equipement, est destinée à la réalisation de plus de 100 km de route.

La 2e convention, portant aussi sur les routes rurales, nécessitera un budget de 185 millions de DH qui sera mobilisé par plusieurs partenaires dans le cadre du Programme du développement intégré de la province de Kénitra.

Toujours dans le chapitre de la réduction des inégalités territoriales, trois autres conventions  d’un montant global de 47 millions de DH portent sur l’électrification de plus de 40 douars dans les différentes provinces de la région. Pour la promotion économique dans le monde rural, deux conventions ont été adoptées concernant la réhabilitation de deux souks hebdomadaires pour un investissement dépassant les 10 millions de DH.

Le Conseil de la région confirme son engagement à poursuivre sa coopération avec les trois universités de Rabat, Kénitra et l’UIR en renouvelant le partenariat, ce qui va permettre aux universités de bénéficier d’un soutien financier de 20 millions de DH. Le président de la région profite de l’occasion pour signaler le lancement des travaux concernant les équipements sanitaires au niveau de 212 établissements scolaires.

La protection de l’environnement figure également parmi les priorités. La région s’est engagée à contribuer au financement des travaux pour la dépollution des eaux du barrage Sidi Mohammed Ben Abdallah soulevé dernièrement par les associations de l’environnement et les médias.

Diversifier les sources de financement

Selon le président de la région, on enregistre une amélioration au niveau du budget d’investissement avec 482 millions de DH engagés en 2017 contre uniquement 138 millions de DH en 2016. Cela revient à l’effort déployé par l’Etat qui reste jusqu’à présent la source principale pour le financement des régions. «Mais cet effort reste insuffisant, car sur 569 millions de DH programmés en 2017, on a reçu de l’Etat uniquement 457 millions de DH», explique Sekkal. Pour boucler le financement de son PDR, il envisage de recourir, dès 2019, au crédit afin de mobiliser près d’un milliard de DH. Il compte également sur les opportunités offertes par la coopération internationale.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc