Economie

Réforme de l’Administration: Urgence d’adopter la Charte des services publics

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5219 Le 28/02/2018 | Partager
Elle devra constituer la référence dans la gestion des administrations, selon un message royal
Appel à s’inspirer du modèle managérial du secteur privé
Objectif, rentabilité, résultat… les maîtres-mots du prochain mode de gouvernance publique
abdeltif_manouni_019.jpg

Dans la lettre royale, lue par le Conseiller du Roi, Abdeltif Manouni, le Souverain a appelé à ce que la Charte des services publics «soit l’expression franche et vigoureuse du nouveau concept d’autorité qui englobe, in extenso, les administrations et services publics, tous paliers et toutes catégories confondus» (Ph. Bziouat)

«La réforme globale et intégrée de l’Administration publique s’impose sans délai». C’est l’un des principaux messages adressés par le Roi aux participants au Forum national de la haute fonction publique, tenu hier à Rabat. La lettre royale, lue par le Conseiller du Roi, Abdeltif Manouni, a mis l’accent sur une série de mesures à prendre en compte dans le processus de mise à niveau de l’Administration.

En tête, l’urgence de mettre en place une Charte des services publics. «Revêtue d’un caractère contraignant, elle doit devenir la référence fondamentale en matière de bonne gouvernance, de gestion des administrations publiques, des collectivités territoriales et des services publics», selon le message royal. Cette charte, prévue par la Constitution, devra refléter la philosophie «du nouveau concept d’autorité».

Concrètement, la réforme de l’Administration publique devra être axée sur l’efficacité de son action. Le Souverain a mis l’accent sur «deux démarches indispensables». Il s’agit d’abord d’une «révision des méthodes de travail des structures administratives». A cela s’ajoute «une refonte des modalités de gestion des ressources, en vue d’une utilisation optimale des moyens». Cette dynamique de réforme pourra «s’inspirer du modèle managérial du secteur privé», selon la lettre royale.

Cela concerne notamment les aspects organisationnels, mais également ceux liés à la valorisation des ressources humaines. Aujourd’hui, «il est important de pouvoir attirer des compétences hautement qualifiées». C’est décisif pour accompagner la dynamique de développement économique et social. C’est dans cette logique que le Souverain a proposé «le recours à des mesures incitatives et disciplinaires pour assurer des niveaux élevés de rendement professionnel».

A l’issue de ce Forum, les recommandations doivent tracer les contours du prochain modèle managérial de l’Administration publique. Celui-ci devra reposer sur «une contractualisation de la relation de travail», axée sur des objectifs à atteindre et sur une «obligation de rentabilité et de résultat».

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc