Courrier des Lecteurs

Courrier des Lecteurs

Par L'Economiste | Edition N°:5215 Le 22/02/2018 | Partager

«Dressage des épouses» au SIEL: Fait-on marche arrière?

femmes_livres_015.jpg

Alors que la loi contre la violence faite aux femmes vient tout juste d’être adoptée, deux livres dégradants portant sur le «dressage des épouses» ont provoqué un tollé général. (cf. notre édition du 19/02/2018)

■ Moyenâgeux!
Comment les organisateurs du SIEL ont-ils pu laisser passer une telle ordure obscurantiste et moyenâgeuse ? N’y a-t-il pas eu une sélection des livres présentés, comme il est de coutume en de telles occasions? Cela me rappelle le débat sur les manuels scolaires d'éducation religieuse, lequel avait fait couler beaucoup d’encre. Quoi qu’il en soit, voici la preuve que les commissions de livres ne font pas correctement leur travail.
azzam

■ Scandaleux! Alarmant! Scandaleux! Inadmissible!
Aucun adjectif n’est assez fort pour exprimer le désarroi ressenti face au titre de l’ouvrage de Fawzi Chaabane «Le dressage des femmes». Comment ce livre a-t-il pu s’introduire dans un salon du livre qui doit en théorie assouvir l’intellect, et œuvrer pour la promotion d’ouvrages de référence?
Les instances n’ont-elles pas compris sa signification ou est ce trop philosophique pour en cerner le sens? A l’heure actuelle, il est plus que jamais nécessaire de contrôler les œuvres qu’on expose au risque de provoquer une avalanche de réactions toute aussi sévère que percutante.
Omar

                                                                       

Accidents routiers C’est l’hécatombe!

accident-tramway_015.jpg

Marre des victimes des accidents de la route ! Cette année, le Royaume a enregistré presque autant de morts qu’en France, alors que l’hexagone dispose d’un parc automobile sept fois plus conséquent… Sur la toile, les réactions fusent ! (cf. notre édition du 13/02/2018)

■ L’incivisme à tous les coins de rue
Les efforts du Maroc pour réduire le nombre de victimes des accidents routiers sont rares, voire même inexistants. Le comportement des conducteurs sur nos routes est pourtant plus qu’alarmant! Même les plus cultivés d’entre eux se comportent comme des imbéciles en mettant en danger leur propre vie et celle d’autrui!
Khalid

■ Des programmes éducatifs de rigueur
Il faut impérativement diffuser à la télévision un programme éducatif et pédagogique visant à prévenir les accidents de la voie publique. L’idéal serait également de mettre à la disposition des conducteurs des aires de stationnement avec un tarif clairement affiché. Les autorités doivent aussi retirer les multiples dos d’ânes qui abîment nos voitures, libérer les chaussées des marchands ambulants et interdire aux restaurants et aux commerçants d’occuper illégalement les trottoirs. Il en va de la sécurité de nos piétons!
Benjelloun

                                                                       

Affaire Sicomek: Les syndicats impuissants

pluie_cari_cl_015.jpg

■ Un modèle défaillant
La pratique syndicale au Maroc n'est que le reflet de son degré de démocratie. En effet, en Allemagne, les syndicats sont couramment associés à la prise de décision et siègent au sein même des conseils d’administration des grandes entreprises. Une situation que les élites du pays acceptent parfaitement… A l’inverse, au Maroc, les syndicats ne sont jamais associés à la gestion des organisations. Même au niveau des grandes villes, ces derniers ne sont jamais mêlés à la prise de décision. Il suffit de prendre l’exemple d’une ville comme Casablanca. Cette dernière est mal gérée et pourtant la population craint de se présenter aux élections. Un pays sans culture civique et démocratique dans sa gestion n’a aucune culture syndicale raisonnable. Il y aura toujours des conflits entre syndicats et patronats sous nos latitudes!
Omar Wazim

■ Des grèves toute l’année!
Le syndicalisme dans la société marocaine est particulièrement défaillant. Les syndicats déclenchent des grèves en se basant sur des rumeurs de complot, ce qui les amène à tuer leur propre gagne-pain! Cherchant la grève dès le départ, ils ont fini par l’obtenir 365 jours sur 365! Moralité? Il faut réformer d’urgence la pratique syndicale au Maroc!
T.N.I.

                                                                       

Comment le Maroc a dégoûté Uber

■ La faute à l’incivisme des taximen
L’échec d’Uber prouve une nouvelle fois que plus une population s’agite et fait régner le chaos et l’anarchie, plus elle obtient gain de cause ! Mes félicitations aux petits taxis! Vous avez prouvé que l’on vit dans une jungle et non un pays civilisé!
m.adsk
■ Le cadre réglementaire aux abonnés absents
Le cadre réglementaire est un outil essentiel pour favoriser les investissements...son inadéquation entraîne largement le sous-développement. Et c’est ce qui est à l’origine de cet incident d’Uber au Maroc et qui va certainement en générer d’autres tout aussi graves. Le risque ? Des pertes d’emploi et des retombées négatives sur la transformation digitale des autres métiers.
SAF
■ Schizophrénie générale!
Le Maroc est frappé de plein fouet par une schizophrénie politique et économique. En témoigne cet épisode d’Uber ! On se dit moderne et on protège l’économie de rente des agréments. On se dit à la pointe de la technologie et on préfère garder le transport traditionnel plongé dans une multitude de pratiques malsaines. La seule chose qu’on excelle à améliorer, ce sont nos impôts et plus précisément les moyens de collecter les impôts. Là, peut-être,  même le Japon est loin derrière nous...
Simo
■ Des véhicules plus propres que les taxis classiques
C’est réellement dommage qu’Uber quitte le territoire… Quant aux taxis soi-disant autorisés, c’est étonnant qu’ils circulent encore alors qu’ils ne respectent presque jamais la loi ! Ces chauffeurs, qui ne représentent pas leur mission de façon honorable, conduisent des véhicules vétustes et pourris. Il faut à tout prix entreprendre de sérieuses actions contre les taxis hors la loi.
GUENNOUN

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc