Entreprises

CIH Bank: 2018, l’année des grands challenges

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5212 Le 19/02/2018 | Partager
Nouveaux compétiteurs, fin du monopole sur les dépôts, paiements mobiles…
Le RNPG s’établit à 435,7 millions de DH en décembre 2017
Les dépôts clientèle consolidés progressent de 12,3%
cih_bank_chiffres_012.jpg

Le résultat net part du groupe (RNPG) ressort à 435,7 millions de DH en décembre 2017 et demeure  quasi stable par rapport à décembre  2016

2017 aura été un bon cru pour CIH Bank. «Une année charnière dont les retombées se poursuivront en 2018», selon les termes de son PDG, Ahmed Rahhou, qui a dévoilé les résultats financiers jeudi 15 février. En effet, l’exercice écoulé était surtout riche en nouveautés autant pour le secteur bancaire dans sa globalité que pour CIH Bank.

Renforcement du digital, lancement de la banque participative Umnia, une dizaine de nouvelles agences… figurent parmi les faits marquants pour la banque. «Mais en 2017, le secteur a été globalement marqué par 3 tendances majeures», explique Rahhou. Il s’agit tout d’abord du lancement de 5 banques participatives. Bien que les offres restent pour l’heure «timides car le cadre réglementaire peine à voir le jour», estime-t-il.

Autre changement majeur amorcé en 2017 et qui se poursuivra cette année, celui du  cadre juridique et réglementaire relatif aux établissements de paiement. «Récemment, quelques établissements de paiement ont été autorisés, d’autres suivront bientôt», annonce Rahhou.

Il s’agit en fait d’une grande évolution de la réglementation qui bat en brèche le monopole bancaire. Autrement dit: d’autres établissements pourront bientôt récupérer des dépôts du public et donner des moyens de paiements universels. Ainsi, les banques sont mises en compétition sur la collecte des dépôts avec des plafonds allant jusqu’à 20.000 DH.

La 3e révolution, selon Rahhou, n’est autre que celle du lancement du paiement mobile et la tenue des comptes par mobile (les wallets). «Nous serons parmi les 1ers pays qui lancent le paiement mobile dans un système interopérable dès le départ», poursuit-il.

Concrètement, cela veut dire que le client pourra ouvrir un compte chez une banque ou un établissement de paiement et effectuer des opérations bancaires dans n’importe quelle agence, relevant de n’importe quel opérateur. «Dès le mois de mars prochain, les 1ers comptes mobiles opérationnels seront mis sur le marché et CIH Bank sera parmi les premiers à offrir ce type de services», annonce le PDG.
Autre fait marquant souligné par le mangement de CIH: le dénouement du contrôle fiscal portant sur les rubriques IS, IR et TVA pour les exercices 2013, 2014 et 2015.

Malgré un profit warning de 30%, émis en août 2017, CIH Bank a finalement tiré son épingle du jeu. En effet, le résultat net part du groupe (RNPG) ressort à 435,7 millions de DH en décembre 2017 et demeure  quasi stable par rapport à décembre  2016. Le résultat net social de CIH Bank s’établit à 445,5 millions de DH, en baisse de 1,4% par rapport à 2016. Le résultat net social de Sofac, quant à lui, progresse  de  32,8% par  rapport à décembre 2016 et s’établit à 81,3 millions de DH.

Hors impact du contrôle fiscal, le RNPG serait de 484,5 millions de DH en progression de 11,5%. Quant aux résultats nets en social de CIH Bank et de Sofac, ils seraient respectivement en progression de 10,1% et de 65,5% par rapport à 2016.
Avec une collecte nette de 3,5 milliards de DH, les dépôts clientèle consolidés progressent de 12,3% par rapport à l’année 2016, pour se situer à 31,9 milliards de DH.

Les  crédits  à  la  clientèle  se  sont  établis  à  40,3  milliards  de  DH,  en progression de 9,9% par rapport à décembre 2016. En continuité avec la tendance de diversification des emplois clientèle, déjà enregistrée les années précédentes, les crédits hors immobilier enregistrent une progression de  28,9% sous l’effet d’un accroissement de 49,6% des crédits de trésorerie et de 13,3% des crédits à la consommation.

La part des crédits non immobilier à fin décembre 2017 est de 34,7%, contre 29,5% en décembre 2016. Le total bilan consolidé s’établit à 53,6 milliards de DH, en progression  de 11,9% par rapport à  2016  suite  à  la  croissance des bilans en social de CIH Bank et de Sofac.

Le PNB consolidé s’apprécie de 10,2% par rapport à décembre 2016 et s’établit à 2 milliards de DH, sous l’effet de la croissance de la MNI (Marge nette d’intérêt) de 4,1% ainsi que l’appréciation du résultat des opérations de marché. En social, la MNI et le PNB de CIH Bank évoluent respectivement de 5,4% et de 8,9%. Dans le même sillage, la MNI et le PNB de Sofac progressent respectivement de 12,2% et de 14%.

Immobilier: Retour à la normale en 2018?

«Malgré un niveau de mise en chantier plus bas que ce qui est enregistré il y a quelques années, on constate quand même une bonne tenue des prix pour des villes auparavant sinistrées comme Marrakech», estime Ahmed Rahhou, PDG de CIH Bank. Selon lui, les transactions reprennent et des programmes gelés commencent à trouver des acquéreurs. «Nous assistons à un retour à la normale», poursuit-il. Cet ajustement des prix par la baisse de production permet aux promoteurs d’écouler leurs stocks et de ne pas peser sur les prix par un excès d’offres. «Nous assistons à un effet de palier en espérant une reprise rapide», précise-t-il, ajoutant que l’année finit mieux, la tendance peut être considérée comme positive et impulser une année 2018 meilleure.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc