Analyse

Développement durable: La contribution des sidérurgistes

Par Nadia DREF | Edition N°:5204 Le 07/02/2018 | Partager
Recyclage des ferrailles et des déchets, traitement des eaux usées, acier vert
Sonasid, Maghreb Steel, Moroccan Iron Steel, Riva Industries… les champions

En tant que bons pollueurs payeurs, les sidérurgistes cumulent des expériences notables en matière de développement durable. D’ailleurs, les membres de la commission Energie de l’Association des Sidérurgistes du Maroc (ASM) se réunissent périodiquement pour échanger et définir des stratégies communes basées sur l’efficacité énergétique afin de réduire leurs coûts énergétiques ainsi que les émissions de gaz à effet de serre. Ces industriels ont également investi dans les énergies photovoltaïques et éoliennes. A ce jour, plusieurs réalisations sont à leur actif.

■ Sonasid recycle les ferrailles
Sonasid s’est démarqué particulièrement par la valorisation des ferrailles vu que l’acier est un élément des plus recyclables. Après différentes opérations et traitement, les ferrailles de récupération sont réintroduites dans le cycle de production, soit comme intrant dans la filière fonte, soit comme matière première dans la filière électrique. Cette opération est moins énergivore que la production au départ, précise l’ASM.  Sonasid, en tant que pionnier dans ce domaine, a toujours privilégié des solutions techniques permettant des économies d’énergie, d’eau et de matières premières. D’ailleurs, son aciérie électrique de Jorf Lasfar est considérée comme l’une des plus écologiques. Autre réalisation louable, Sonasid est le premier sidérurgiste à avoir démantelé le Remora, un bateau frigorifique de 15 m de long, immobilisé au port de Dakhla depuis 2008. L’entreprise a récupéré l’acier composant l’épave du navire et avant de le réintégrer dans son cycle de production de l’acier. En matière de poussière d’aciérie, l’entreprise exporte sa production annuelle de poussière en Asie. Depuis 2013, la Sonasid a conclu un partenariat avec Somaca pour la destruction de ses véhicules non conformes (cafutage), dans le respect des normes et standards internationaux de sécurité.

■ Maghreb Steel: De l’acier vert dès 2018
En 2016, le géant marocain de l’acier, Maghreb Steel a lancé des consultations pour tirer profit de la loi 13-09 qui lui permet de s’approvisionner en énergies renouvelables afin de couvrir plus de 90% de ses besoins. Cette initiative permettra à Maghreb Steel de produire de l’acier vert à partir d’énergie propre mais aussi de réduire sa facture électrique et améliorer davantage sa compétitivité. Les premiers bénéfices de ce cadre réglementaire devraient profiter à la société dès 2018. Ceci, en attendant de nouvelles autorisations et capacités pour de nouveaux parcs éoliens qui devraient être délivrées dans les prochains mois.

■ Moroccan Iron Steel recycle ses déchets
Toujours en matière d’efficacité énergétique, Moroccan Iron Steel œuvre à réduire ses impacts environnementaux. L’entreprise s’attelle au  recyclage de ses déchets industriels et au reboisement de la région d’Aïn Harrouda, sa zone d’activité.

Riva Industries investit dans le traitement des eaux usées

Riva Industries a investi 40 millions de DH dans l’installation d’une station de traitement des eaux usées de dernière génération. Objectif: respecter les valeurs limites en matière de rejets, fixées par la Directive européenne et par les autorités marocaines. Les eaux utilisées par l’usine sont traitées dans une station utilisant une technologie performante en ce qui concerne les cycles de traitement et les systèmes de dosage automatique. Riva Industries vise également à améliorer ses propres performances environnementales et réduire son empreinte carbone. Pour ce faire, une politique de maîtrise de l’énergie a été mise en place à tous les niveaux du processus de fabrication.

 

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc