International

L’économie américaine en bonne santé

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5203 Le 06/02/2018 | Partager
Créations d'emplois, chômage au plus bas, hausse des salaires…
Dynamique dans le secteur des services
La réforme fiscale une très bonne chose
chomage_americains_003.jpg

A 4,1% depuis quatre mois, le taux de chômage est le plus faible depuis décembre 2000. Une aubaine pour le président américain Donald Trump

Solides créations d'emplois, taux de chômage toujours au plus bas depuis 17 ans, signes d'augmentation de salaires… l’économie américaine se porte bien et la plupart des indicateurs sont au vert. Selon les récents chiffres du département du Travail, 200.000 emplois nets ont été créés en janvier (dépassant les attentes des analystes qui étaient de 180.000).

Pour l'ensemble de l'année 2017, les créations d'emplois ont totalisé 2,173 millions, un rythme un peu ralenti par rapport à 2016 (2,344 millions). En janvier, le secteur des services est toujours de loin le premier créateur d'emplois (239.000) avec un rythme soutenu des embauches notamment dans les cafés et restaurants et les services de santé.

Le secteur du bâtiment reste très actif malgré l'hiver et l'industrie manufacturière demeure dans le vert avec 15.000 embauches contre 21.000 en décembre. Le taux de chômage américain est au plus bas (voir graphique). Globalement, le nombre de chômeurs est resté à 6,7 millions et ceux qui ne trouvent qu'un emploi à temps partiel sont toujours nombreux à 5 millions.

Le taux de participation au marché du travail reste toujours au plus bas depuis quarante ans à 62,7%. Il est particulièrement mauvais pour les femmes (à 57,2%). Du côté des salaires, une augmentation de 2,9% sur douze mois a été enregistrée (+0,3% sur le mois). C’est le rythme le plus rapide depuis la récession en juin 2009.

Pour les investisseurs, «une hausse des salaires est le signe précurseur d'une accélération de l'inflation et donc des rendements sur les bons du Trésor et des taux d'intérêt de la Réserve fédérale». L'inflation est jusqu'ici obstinément restée sous la cible de 2% que la Fed estime saine pour l'économie (1,7%, selon l'indice PCE). Mais Janet Yellen, qui vient de quitter la Fed, n'a cessé de dire que «cette faiblesse était temporaire et que les prix allaient bientôt remonter». C’est Jerome Powell qui a pris sa succession hier lundi 5 février.

Dans l'ensemble le rapport sur l'emploi est largement positif. Des chiffres qui confirment les prévisions optimistes que la croissance du PIB américain va dépasser 3%. Dans sa mise à jour des perspectives de l'économie mondiale, le FMI a fait savoir que la réforme fiscale devrait donc stimuler l’activité à court terme aux Etats-Unis. En conséquence, une demande intérieure plus vigoureuse devrait accroître les importations et creuser le déficit des transactions extérieures courantes.

Globalement, les modifications de la politique économique devraient contribuer à la croissance jusqu’à la fin de 2020. Si bien que le PIB réel américain sera d’ici cette date, supérieur de 1,2% à ce qu’il serait sans les modifications de la politique fiscale. La prévision de croissance a été rehaussée de 2,3% à 2,7% pour 2018 et de 1,9% à 2,5% pour 2019.

Répercussions

D’après le gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau, la réforme fiscale américaine pourrait «exacerber les déséquilibres mondiaux». Il reste convaincu, qu’elle devrait «donner un coup de pouce significatif à l'économie américaine, qui a déjà atteint le plein emploi, entraînant une augmentation des importations et un approfondissement du déficit extérieur…». Cette réforme prévoit notamment une baisse du taux d'imposition des bénéfices des sociétés, de 35 à 21%, une baisse de la taxation des plus hauts revenus et la suppression d'une disposition de l'Obamacare qui oblige les Américains à souscrire à une assurance santé. Pour la Cnuced,  la loi sur les baisses d'impôts et les emplois (Tax Cuts and Jobs Act) aura des répercussions importantes sur «les modèles mondiaux des investissements directs à l'étranger».

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc