Entreprises

Digitalisation de l’éducation: Un pari lointain

Par Nadia DREF | Edition N°:5197 Le 29/01/2018 | Partager
Le secteur public largement devancé par le privé
Universités Cadi Ayyad, Mohammed VI des sciences de la santé, emadrassa… Des initiatives à applaudir
inwi-days-097.jpg

À l’occasion de Inwi Days 2018, trois sur huit projets  d’e-learning ont été distingués lors de  la compétition (Ph. Inwi)

Tout le monde s’accorde à dire que les futurs entrepreneurs et porteurs de projets devront bien tirer profit de l’ère de la digitalisation. Dans le domaine de l’éducation, le Maroc n’arrive toujours pas à prendre le cap du e-learning. L’enseignement classique prime encore et les écoles publiques sont les moins dotées en nouvelles technologies.

Le gap demeure important entre les établissements scolaires étatiques et ceux du privé. D’ailleurs, les statistiques annoncées, lors de la sixième édition d’Inwi Days par Ilham Laaziz, directrice du programme Genie (Généralisation des technologies d'information et de communication dans l'enseignement), laissent perplexe.

Près de 11.000 sur un total de 13.000 écoles ont été équipées, sachant que ce programme cible quatre axes: les infrastructures, la formation, les contenus numériques  et le développement des usages. C’est dire que ce programme a atteint ses limites sans pour autant donner de bons résultats, à un moment où les opportunités et les besoins du secteur du numérique et de l’éducation au Maroc sont énormes.

Dans ce domaine encore en friche, émergent des initiatives. C’est le cas de l’Université Cadi Ayyad qui reste le modèle public le plus innovant. Elle vise à suivre l’exemple anglo-saxon qui tend également vers la suppression des cours magistraux dans les amphithéâtres.

«Nous avons généralisé l’accès au wifi au sein de l’université et nous mettons à la disposition des étudiants des cours en ligne. Nous travaillons également sur la mise en ligne d’une bibliothèque virtuelle pour mieux répondre à leurs besoins», souligne Abdellatif Miraoui, président de cette université.

Du côté des écoles privées surtout supérieures, face à une concurrence acharnée, chaque établissement veut innover pour attirer plus d’étudiants et donner plus de valeur à son diplôme. Par exemple, l’Université Mohammed VI des sciences de la santé travaille également sur la réduction des cours magistraux et leur remplacement par de petits groupes de travail avec une utilisation intelligente du numérique.

Pour Najia Hajjaj, directrice du centre de l’innovation de l’université, «le numérique peut nous apporter des outils performants. Toutefois, il y a une nécessité d’accompagner les enseignants pour démystifier le numérique chez eux car l’élément humain reste important».

Pour sa part, Inwi a lancé, depuis novembre 2012, une plateforme gratuite d’apprentissage et de développement personnel au Maroc. Baptisé emadrassa, cette plateforme a totalisé plus de 1,4 million de visiteurs. Ces derniers ont consulté plus de 4 millions de pages et plus de 250 vidéos de soutien scolaire, d’orientation et de développement personnel, en plus de centaines de fiches de cours, de quizz, d’exercices et de leurs corrigés...

«Le numérique au service de l’éducation est l’un des piliers stratégiques de l’engagement sociétal d’Inwi depuis plusieurs années à travers différentes actions et plateformes inédites comme emadrassa», explique Nadia Rahim, directrice Communication et Marques chez inwi. Et d’ajouter, «l’usage de la technologie est un levier important, voire déterminant, pour améliorer la qualité de la formation et de l’éducation des enfants et des jeunes».

L’opérateur télécoms a également reconduit cette année, pour la sixième fois, sa plateforme d’échange et de débat autour des tendances du digital et des meilleures pratiques dans le domaine au Maroc, dans la région et dans le monde. Cette rencontre a permis de faire le point sur les opportunités et les besoins du secteur du numérique et de l’éducation au Maroc en plus de partager les success stories marocaines et africaines en la matière.

Des formations gratuites ont été également administrées au profit des jeunes entrepreneurs et porteurs de projets participants, notamment autour de l’introduction au design thinking et à la prise de parole en public.

Inwi Days: Le projet Mathscan primé

Cette sixième édition de Inwi Days a primé 3 projets. Le prix du jury a été accordé à Mathscan. Il s’agit d’une solution permettant, sur la base d’une cartographie détaillée des compétences requises en mathématiques dans le système éducatif marocain, de détecter de façon granulaire les lacunes des collégiens et de les combler à travers un programme ciblé et personnalisé. Le prix Coup de cœur a été attribué à Jodhour. Une solution d’apprentissage de la langue arabe pour les enfants du pré-scolaire à travers des ateliers ludiques et des outils d’apprentissage créatifs (puzzles, histoires, jeux de société, etc.). Ces deux prix sont dotés de 50.000 DH chacun et d’un accompagnement de Numa Casablanca pendant 9 mois. Quant au prix du public, il a été octroyé à No Box Lab. Il s’agit de programmes ludiques et innovants au profit des élèves permettant de vulgariser les concepts scientifiques à travers deux services offline et online.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc