International

30e sommet de l’UA: Des enjeux pour le Maroc

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5196 Le 26/01/2018 | Partager
Plusieurs dossiers évoqués à Addis-Abeba

«Le retour du Maroc au sein de l’Union africaine (UA) renforce l’unité des pays du continent». C’est ce qu’a affirmé à Addis-Abeba, le Président guinéen, Alpha Condé, président en exercice de l’UA. Aussi, la contribution du Maroc depuis plus d’un demi-siècle aux opérations de maintien de la paix et à l’action humanitaire en Afrique a été mise en lumière à l’occasion d’une exposition dans l’enceinte de l’Union africaine (UA) à Addis-Abeba.

Celle-ci est organisée en marge du 30e sommet de l’UA ayant pour thème «Gagner la lutte contre la corruption: une voie durable vers la transformation de l’Afrique». Plusieurs sujets pour l’Union africaine seront sur la table des chefs d’Etat africains (28-29 janvier) qui pourraient avoir des répercussions positives sur l’avenir du continent. Le Maroc y sera représenté au plus haut niveau. Pour rappel, le Roi Mohammed VI a été désigné Leader de la question de la migration lors du 28e Sommet de l’UA, et qui sera présentée lors de ce sommet de janvier.

L’année 2018 pourrait être cruciale pour l’Union africaine (UA) en apportant des changements majeurs au sein de l’organisation panafricaine. Celle-ci se propose de mettre en œuvre un large programme de réformes institutionnelles et financières. Plusieurs domaines sont prioritaires: la paix et la sécurité, les affaires politiques, la création d’une zone de libre-échange continentale et la représentation de l’organisation dans les affaires mondiales.

L’autosuffisance financière fait partie intégrante de ce processus visant à rendre l’UA plus efficace. Par ailleurs, il est attendu que les Chefs d’Etat africains donnent un coup de pouce à la création de la Zone de libre-échange continentale (ZLEC) lors de ce conclave.

La mise en place de cette zone de libre-échange, prioritaire dans l’Agenda 2063 de l’UA, pourrait en effet doper le commerce intra-africain à hauteur de 35 milliards de dollars par an d’ici 2022, selon les premières évaluations. Il aura également l’examen du rapport du Conseil de paix et de sécurité sur ses activités et sur l’état de la paix et de la sécurité en Afrique.

A noter que les travaux délibératoires de la 32e session ordinaire du Conseil exécutif de l’Union africaine (UA) se sont ouverts, jeudi 25 janvier à Addis-Abeba. Et ce, avec la participation des ministres des Affaires étrangères des Etats membres de l’Union africaine, dont le Maroc.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc