Economie

La campagne agricole sauvée in extremis?

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5191 Le 19/01/2018 | Partager
Cumul pluviométrique de 132,7 mm au 16 janvier
Taux de remplissage des barrages: 35%
Les exportations et primeurs en hausse de 5%
campagne-agricole-081.jpg

En cas de confirmation des prévisions pluviométriques annoncées pour les semaines à venir, le niveau des ressources en eau devrait continuer à s’améliorer permettant un rattrapage du décalage de cycle occasionné par l’arrivée tardive des pluies (Ph. L’Economiste)

Les inquiétudes des agriculteurs commencent à se dissiper peu à peu. Les dernières pluies placent la campagne dans des perspectives plutôt positives. Les chiffres publiés par le Département de l’Agriculture se veulent rassurants. En effet, les précipitations des dernières semaines se sont généralisées à la quasi-totalité du territoire.

Au 16 janvier, le cumul pluviométrique moyen national a atteint 132,7 mm, réduisant ainsi le déficit à 25% par rapport à une campagne moyenne à la même date.  Au démarrage de la période des semis, ce déficit était de 61%. Plus encore, la réserve des barrages à usage agricole s’est améliorée en passant à 4,62 milliards de m3 soit un taux de remplissage de 35%.

Les cultures d’automne ont connu une importante dynamique appuyée par les récentes précipitations. Sur une surface de sol travaillée de 4,93 millions d’hectares, la superficie emblavée totalise 4,68 millions d’hectares dont 10% en irrigué dominés par les céréales à 88% suivis des fourrages (8%) et des légumineuses (4%).

Pour les cultures sucrières, la superficie semée à date en betterave à sucre est d’environ 48.300 ha, soit 86% du programme réparties entre Doukkala (35%), Tadla (28%), Gharb (27%), Loukkos (6%) et Moulouya (5%). Les emblavements en semences monogermes représentent 95% des réalisations. Pour la canne à sucre, la superficie s’élève à 12.409 ha.

Par ailleurs, les cultures en place ont pu bénéficier de la combinaison des pluies avec le phénomène du froid qui les met en situation de faible demande climatique et favorise le développement des racines. Ces conditions sont également très bénéfiques pour les cultures arboricoles, particulièrement les rosacés.

De leur côté, les agriculteurs sont appelés actuellement à veiller à assurer l’entretien des principales cultures en place à travers le désherbage, l’épandage des engrais, notamment azotés et la préparation pour l’installation des cultures de printemps (tournesol, pois chiche, maïs…).

Quant aux exportations de primeurs, elles ont atteint les 361.000 tonnes au 16 janvier, soit une hausse de 5% par rapport à la campagne précédente à la même date. Les réalisations de la tomate représentent près de 63% des exportations globales en produits maraîchers, avec un volume de près de 227.000 tonnes, enregistrant ainsi une hausse de 5% par rapport à la campagne précédente à la même date. 

Pour les agrumes, les exportations totalisent 329.000 tonnes maintenant leur niveau de la campagne précédente à la même date. Les agrumes petits fruits en représentent près de 93%.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc