Régions

Oujda: Un nouvel entrant à la Technopole

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5190 Le 18/01/2018 | Partager
Un investissement de 11,4 millions de DH pour une structure dédiée à la communication
L’évènementiel, un créneau qui fait défaut à l’Oriental
Cette entreprise devrait accompagner la région dans la promotion de ses atouts
studio-factory-090.jpg

Proposer un package complet de communication est une initiative qui permettra à la région, confrontée à d’énormes difficultés promotionnelles, de se «désenclaver» (Photo maquette - source CRI)

Regrouper les métiers de la communication et la production événementielle en une seule structure de production est en phase de réalisation au niveau de la Technopole d’Oujda. Le but est d’assurer une réelle présence de l’Oriental dans les métiers de l’audiovisuel, l’industrie publicitaire, l’imprimerie high-tech et la communication institutionnelle. Le projet, tant attendu par les secteurs productifs de la région, sort de terre.

Il sera opérationnel en juin 2018 et assurera une trentaine d’emplois permanents aux différents ingénieurs et techniciens du Web, de la création graphique, la réalisation de documentaires et la production événementielle. En aval, cette unité contribuera à la création de petites niches promotionnelles: porte-clefs, gadgets, cartes postales, tee-shirts, foulards, etc. Le bâtiment s’étale sur 2.000 m2 et nécessite un investissement de 11,4 millions de DH (1,9 million pour l’acquisition du terrain, 3,5 millions pour les constructions et 6 millions pour l’équipement).

«Digital garden», première entreprise du genre, répond aux attentes d’une région qui s’apprête à lancer des projets d’envergure et qui a besoin d’une structure locale pour l’accompagner dans sa promotion, précise Mohammed Sabri, directeur du CRI/Oriental. Une unité pour assurer un meilleur rapport qualité/prix et maîtriser le processus de production (de la conception à la réalisation, l’enregistrement et au suivi de l’impact sur le marché).

Elle facilitera également la maîtrise des délais de réalisation des commandes. Un souhait exprimé par les entreprises locales qui rencontrent des difficultés en matière de respect de ces délais et de qualité des conceptions réalisées à distance. Pour y remédier, «Digital garden» est dotée d’une imprimerie high-tech pour effectuer des supports iconiques avec une vitesse de 250 m2/heure (une première sur le plan national).

Quant à l’usine d’industrie publicitaire, elle est conçue pour être à la pointe de la technologie via le recours à des robots qui assurent des découpes laser, le contrôle numérique et de multiples impressions sur différents supports. «Notre objectif est de développer les métiers de la communication via des studios, dernière génération, dédiés à l’infographie, les designs 2D et 3D, les illustrations, la photographie de haute qualité, un studio audiovisuel (pour émissions TV, clips, documentaires)», explique Mohammed Lazâar, initiateur du projet.

En parallèle, cette nouvelle unité assure un package complet de communication, conseil en stratégie de communication, et accompagnement événementiel. Elle dispose également d’une galerie d’art d’exposition pour les étudiants du campus du savoir, les universitaires, les artistes de la région.

De notre correspondant, Ali KHARROUBI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc