Société

Handicap: Rues, trottoirs, commerces… des parcours du combattant

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5187 Le 15/01/2018 | Partager
Une nouvelle ONG entend lutter contre les politiques des villes non inclusives
Mais le mépris des règles de droit freine leur cause
Un guide de bonnes pratiques à l’intention des élus locaux en projet
handicap-087.jpg

Que d’obstacles dans les espaces publics! Les membres de l’association AMVEH, nouvellement constituée, mènent depuis 3 ans un travail d’observation sur le terrain à Mohammedia, pour en faire la première «ville solidaire» adaptée et organisée pour les personnes en situation de dépendance (Ph. L’Economiste)

Les lois sur l’accessibilité en matière d’urbanisme et d’architecture existent. Pourtant, elles sont difficilement applicables puisque non contraignantes. Résultat: les personnes touchées par le handicap restent cantonnées chez elles. Avec l’espoir de faire avancer cette question, l’association AMVEH (Agir pour mieux vivre ensemble le handicap) vient de se constituer. Depuis 3 ans, ses membres mènent un travail d’observation sur le terrain à Mohammedia.

«Il faut également se confronter au manque de volonté des acteurs publics, qui ne voient pas les problèmes d’accessibilité dans les villes des citoyens porteurs d’un handicap comme une priorité», déplore le président de l’AMVEH, Michel Hicham Marbot.

En plus de l’absence de places de parking dédiées et de passages «bateaux» pour des trottoirs franchissables en fauteuil roulant, l’ONG s’intéresse également au manque de sanitaires accessibles et adaptés dans les établissements recevant du public, comme les cafés ou les restaurants, neufs ou rénovés. Les toilettes étant en effet trop souvent situées en étage.

«Les opérateurs concernés, que ce soit les promoteurs immobiliers et les commerçants, ne prennent toujours pas en compte ces obligations légitimes et légales dans leurs travaux de réalisation», ajoute Marbot. C’est ainsi que des actions pilotes ont été menées dans la ville de Mohammedia et au village d’Imsouane (Voir L’Economiste du 26/12/2016).

Mais tant reste à faire... L’association prévoit ainsi la diffusion d’un guide de bonnes pratiques en matière d’accessibilité pour le handicap auprès des services techniques concernés et des élus locaux. Autre gros chantier, la réalisation du concept global «Mohammedia ville solidaire» avec un premier concept de loisir «Handi plage éco-solidaire», développé lors de la rénovation de la corniche.

Enfin, il s’agit d’œuvrer pour l’instauration urgente, dans les programmes d’habitat économique, de quotas de logements adaptés en rez-de-chaussée d’immeuble, dont ils seraient les légitimes prioritaires. A noter que le bureau exécutif de l’AMVEH est composé de 9 membres dont 3 femmes et 3 personnes en situation d’handicap.

Le constat est clair: les bonnes volontés, pour permettre une meilleure accessibilité à tous, naissent principalement de ceux qui sont, soit directement, soit par leur entourage, touchés par le problème. Bien des avancées sont donc espérées si tout le monde, public et privé, travaille dans ce sens.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc