Régions

Tanger: La prévention des inondations continue

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5187 Le 15/01/2018 | Partager
41,5 millions de DH pour un dernier dispositif de protection sur oued Aouama
Eviter des tragédies comme celles de 2000 et 2008
tanger-inondations-087.jpg

Les travaux devront éviter que les crues de oued Aouama n’inondent la ville de Tanger et ses quartiers comme en 2000 et 2008 (Ph. Adam)

Le danger continue de guetter. Les risques de revivre les inondations de 2000 et de 2008 à Tanger sont bien réels et les perturbations climatiques actuelles ne rassurent pas. Pour y pallier, la ville est en train de mettre en place un dispositif contre les inondations. L’une de ses dernières composantes est un ouvrage de taille destiné à la protéger des crues de l’oued Aouama.

Ce cours d’eau traverse une partie de la ville et ses crues menacent le quartier qu’il traverse et qui porte le même nom, l’un des plus peuplés de la ville. La direction des aménagements hydrauliques vient d’ailleurs de lancer un appel d’offres pour les travaux d’aménagement de sa première tranche et de son affluent pour se protéger contre ses crues.
Le coût des travaux devra atteindre les 41,5 millions de DH selon les estimations de la direction et il devra être finalisé avant la prochaine saison des pluies.

Entre autres, il s’agira de construire un dalot de 500 mètres de long sur oued Aouama et d’un second de 200 mètres sur son affluent. L’opération sera accompagnée par la déviation des réseaux de tout type et le captage des eaux éventuelles rencontrées au niveau des zones de travail ainsi que leur pompage et déviation.

Ce dispositif fait partie d’un vaste projet lancé en mars dernier. Il consiste à réaménager intégralement oued Aouama et la mise en place d’ouvrages de protection contre les inondations. Il permettra d’ailleurs de protéger la zone industrielle de Mghogha et celle d’Al Majd des effets des crues de oued Mghogha. Ces dernières ont été à l’origine de graves inondations passées.

La durée des travaux devrait s’étaler sur 36 mois, et l'entrée en service de cette infrastructure est prévue pour 2019. Le coût des travaux est évalué à près de 177 millions de DH.
Les dernières inondations ont été particulièrement graves avec le blocage d’une partie de la ville et l’arrêt total des activités de la zone industrielle de Moghogha, l’un des poumons économiques de Tanger.
De notre correspondant, Ali ABJIOU

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc