Economie

Digitalfikra, le brainstorming pour commencer

Par Reda BENOMAR | Edition N°:5183 Le 05/01/2018 | Partager
Après la réussite de fikrainvest, le ministre El Ferdaous refait le même exercice
Les meilleures propositions seront présentées au conseil d’administration de l’agence du digital

Depuis 2016, l’expression fait le buzz sur la toile et les médias: «civic tech». Il s’agit là d’une nouvelle génération de sites, d’applications ou de dispositifs digitaux, se donnant pour ambition de vulgariser la politique. La cyberdémocratie apparaît donc comme un nouvel espace d’expression pour la démocratie. Dans les années 1990 déjà, elle était présentée comme une nouvelle «agora électronique».

Digitalfikra reprend le flambeau après le franc succès qu’a connu fikrainvest. Le premier appel à idées avait été lancé le 4 août dernier sur les réseaux sociaux pour que les internautes proposent leurs idées au sujet du projet de loi sur l’investissement. Une dizaine de jours plus tard, 130 personnes avaient formulé 300 idées recevables.

Digitalfikra compte capitaliser sur le succès de fikrainvest afin de mobiliser la société civile. Le hashtag lancé sur Twitter, LinkedIn et Facebook  permet aux internautes de poster des propositions pour la feuille de route de l’Agence du développement digital (ADD) concernant l’écosystème startup. «Le budget ainsi que le plan d’action de l’agence du développement digital ont été validés lors du premier conseil d’administration.

Par contre la feuille de route pas encore. Les internautes ont jusqu’au 14 janvier pour exprimer leurs idées. Les meilleures propositions seront présentées au CA, qui devrait se tenir au premier trimestre 2018», confie une source au sein du secrétariat d’Etat du ministère de l’Investissement.
Quelques-unes fleurissent déjà sur les «murs» virtuels du plus jeune ministre, El Ferdaous. Les sujets sont multiples et variés: recherche, blockchain, enseignement, big data, startups, cryptomonnaie… tout y passe.

Badr Bellaj, CEO de Mchain, une entreprise spécialisée dans la blockchain,  propose par exemple de créer un réseau blockchain national sur lequel se «plug» tous les organismes désirant tester ou lancer des projets fintechs. Un autre internaute, amine_elafrit, propose de créer une cryptomonnaie adossée au dirham par la Banque centrale, régulée pour maîtriser son inflation. Selon cette dernière, elle réduirait l’utilisation du cash et permettrait l’enregistrement de toutes les transactions sur la blockchain.

Tous les internautes peuvent en effet soumettre des constats ou des propositions à débattre, par un processus très simple, parfaitement ouvert et transparent. Chacun peut ainsi proposer une «cause» à défendre ou une «solution» à mettre en place. Tous les internautes sont invités  à commenter. Ce ne sont pas les idées qui  manquent. Mais comme pour le premier appel d’idées, nombreux sont ceux qui avaient pointé du doigt que le problème des startups, TPE et PME était surtout le manque de financement.

Avec la concertation sur le numérique ouverte le 4 août dernier à l’initiative de Othman El Ferdaous, le jeune secrétaire d’Etat montre la voie de ce que devrait être la démocratie participative, en utilisant au mieux les outils modernes. Mais si le pilotage est bon, il est encore prématuré de tirer des conclusions. «Nous avons conçu cette consultation comme une expérimentation et, je ne vous le cache pas, cela a été très compliqué», explique une source proche du ministère. «Le gouvernement, en interne, doit en tirer tous les enseignements».

La Twittoma en effervescence

Côté startups, la Twittoma a été particulièrement prolifique. Elle propose notamment d’offrir des facilitations douanières pour les startups, ou encore de collecter des problèmes dont souffrent les organismes publics ou même privés et proposer un ‘call for solution’ aux startups. Mehdi Zerouali, qui fait partie de l’équipe SI d’Attijariwafa bank, propose pour sa part de créer un laboratoire d’innovation en ligne dédié aux développeurs d’applications mobiles. Ce dernier servirait de vitrine pour valoriser ces applications auprès des entreprises marocaines qui souhaitent digitaliser leurs produits et services.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc