Primary tabs

Analyse

Comment faire de Rabat une destination internationale

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5181 Le 03/01/2018 | Partager
Formation, sensibilisation, mobilisation des acteurs, inventaire des sites…les préalables
Une city break par excellence avec une offre complémentaire: MICE, golf, bien-être…
Une politique de promotion basée sur le digital et les réseaux sociaux
hassan_bargach_081.jpg

Pour Hassan Bargach, le nouveau président du CRT de la région RSK, positionner Rabat comme une destination touristique internationale constitue un vrai challenge nécessitant la mobilisation de l’ensemble des acteurs concernés (Ph. HB)

- L’Economiste: Pourquoi la ville de Rabat et sa région ont-elles du mal à se positionner en tant que destination alors qu'elles regorgent de sites historiques et naturels?
- Hassan Bargach:
Tout simplement parce qu'on n'arrive pas encore à mieux vendre cette destination. Vendre une ville, c'est aussi savoir vendre un produit sur un marché. En d’autres termes, il faut positionner la ville pour qu’elle figure dans les radars des Tours Opérateurs (TO) étrangers. En fonction de ses potentialités, chaque ville a un positionnement particulier qu’il faut savoir valoriser.
- Quel positionnement peut-on conférer à Rabat?
- Grâce à son environnement calme et paisible, Rabat peut se positionner en tant que destination City Break qui peut drainer des touristes de différents segments à commencer par les familles ou les couples à la recherche de repos, de dépaysement d’enrichissement personnel culturel. Ces derniers peuvent donc bénéficier d’un programme de visites aux différents sites et coins de la ville: Rue des Consuls dans la médina, les sites historiques: Chellah, Tour Hassan, Kasbah des Oudaïas…, et jardin zoologique, jardin d’essais botanique…sans oublier la médina de Salé et l’ensemble de l’arrière-pays. Pour les golfeurs, il existe plusieurs parcours dont le Royal Golf de Dar Salam ou celui de Montgomery à Bouknadel ou encore les 9 trous de Kenitra... il faut noter qu’il en existe 9 dans la région. Rabat, Salé et Kenitra présentent d’autres atouts qui sont le surf, le deltaplane, le jet ski, la chasse,...pouvant s’adresser à des touristes sportifs.
- Comment vendre tout ça?
- Un petit rappel s'impose: le travail de valorisation de la destination Rabat et sa région ne relève pas seulement du CRT, des professionnels, des autorités et des élus mais il constitue un challenge nécessitant l’implication de l’ensemble des acteurs du secteur à commencer par les taxis jusqu’aux réceptionnistes de l’hôtel en passant par l’agence de voyage, le guide et le vendeur au bazar. La première chose est la sensibilisation et la formation des citoyens pour mieux connaître l’histoire de leur ville pour savoir mieux la raconter aux autres. Il faut aller chercher tous les arguments historiques qui peuvent nous permettre de faire rêver les clients internationaux et les inciter à venir chez nous à commencer par ceux qui sont dans un rayon de 3h de vol. En plus du bel aéroport de Rabat-Salé, il y a aussi celui de Casablanca connecté à l’autoroute Casa-Rabat et qui permet de relier la capitale en moins d’une heure et demi.

- Quid des autres actions?
-Après la formation et la sensibilisation, il faut passer à l’inventaire de l’ensemble des sites historiques de la région dont le nombre avoisine 70 sites. Ce qui va permettre la réalisation de films et de shooting photos afin d’avoir des images à faire rêver. Après, nous passerons à l'étape plus sérieuse de promotion de la destination Rabat et région en misant sur les nouvelles technologies en développant des outils de promotion avec une exploitation intelligente des réseaux sociaux tels que Facebook, Instagram, application dynamique, ce qui va permettre de structurer une offre à haute contribution pour Rabat et sa région pour le tourisme «Affaires et Loisirs»: MICE, golf, bien-être. Mais la réussite de tout ce travail nécessite la mobilisation d’énormes moyens financiers dont le CRT ne dispose pas actuellement. Ces investissements auront certainement un impact positif sur le développement de la région.

Lobbying à tout prix

Le président du CRT compte poursuivre les chantiers déjà engagés par son prédécesseur comme ceux des vélos électriques, signalétique et parcours touristiques. Ces derniers devraient être communiqués à tous les hôtels, précise Bargach, qui fait observer à juste titre que les hôtels de la capitale ne sont pour l'heure que «des vendeurs de sommeil» et non d’une expérience et une histoire. En tant que capitale administrative, un travail de lobbying est à développer pour permettre à Rabat d’abriter les grands congrès et rencontres internationales. Sur les volets culturel et animation, beaucoup de travail reste à faire sur le plan de la promotion pour mieux valoriser les manifestations organisées à Rabat et à leur tête Mawazine considéré actuellement parmi les plus grands festivals de la musique au monde, rappelle le président du CRT.

Propos recueillis par Noureddine EL AISSI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc