Primary tabs

Entreprises

La pêche artisanale enfin assurée

Par Abdelaziz GHOUIBI | Edition N°:5180 Le 02/01/2018 | Partager
Sa conformité avec l’assurance obligatoire établie par une convention
Plusieurs couvertures ont été également contractées
peche_artisanale_080.jpg

Près de 40% de la flotte artisanale  est concentrée dans l’Atlantique Sud (Laâyoune, Dakhla.. Elle représente 40% des captures en volume et 70% en valeur. Celle opérant  en Méditerranée, génère seulement 5% de la valeur totale des prises: l’effort de pêche est jugé surdimensionné

C’est in extremis. La Confédération nationale de la pêche artisanale vient enfin de se conformer à la réglementation sur l’Assurance maladie obligatoire. La date limite fixée par le décret y afférant correspond en effet, au 1er janvier 2018. Et les opérateurs de la pêche artisanale ont signé jeudi dernier leur convention avec un collectif d’assureurs.

La négociation qui a duré 5 années a finalement abouti à la souscription de plusieurs couvertures dont l’accident de travail qui est obligatoire. L’opération qui a été pilotée par AFMA a permis d’élaborer un cahier des charges portant sur l’offre d’autres garanties tels,  le Décès, l’Assistance médicale et la Maladie complémentaire au régime CNSS.

S’ajoute aussi la couverture  des  embarcations, du matériel et équipements professionnels, des marchandises en cours de transport à l’intérieur du pays ou à l’exportation, les locaux professionnels, les habitations et véhicules. Le tout, pour une fourchette de primes variant entre 250 et 400 DH.

La consultation lancée par l’AFMA, désormais interlocuteur principal des assurés et assureurs, a abouti à l’adhésion de quatre compagnies d’assurance et d’assistance: Atlanta, Mamda, Sanad et Axa Assistance.   
Selon les responsables d’AFMA, la convention est applicable dès sa signature. Il n’empêche qu’une campagne de sensibilisation des armateurs et patrons pêcheurs sera effectuée dans les jours qui viennent. Histoire de drainer les souscripteurs.

La première démarche d’AFMA, a été, depuis plus de 5 ans, d’aller à la rencontre des armateurs, des marins pêcheurs et des structures stratégiques dans les différents ports, sites et villages de pêche, pour identifier les besoins en assurance et discuter des solutions  économiquement viables, et socialement acceptables. Il s’est alors avéré nécessaire de mettre en place, en collaboration avec les parties prenantes, un programme d’assurances garantissant  la sécurité de cette population et de leurs moyens d’existence.

Et l’enjeu est de taille. Le segment totalise 17.100 barques, chacune embarquant 3 à 4 personnes en moyenne. L’activité qui a bénéficié du programme Ibhar a enregistré la mise à niveau de plus de 900 barques pour une subvention de 80 millions de DH.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc