Economie

Seules 4 régions sur 12 réalisent 63,6% du PIB

Par Mohamed Ali Mrabi | Edition N°:5179 Le 29/12/2017 | Partager
Les Conseillers interpellent El Othmani
7 milliards de DH promis pour réduire les disparités
regions-pib-079.jpg

Actuellement, 8 régions sur 12 ont déjà approuvé leurs plans de développement, transférés au ministère de l’Intérieur pour visa. Leur mise en œuvre nécessitera la mobilisation de plus de 54 milliards de DH (Ph. Bziouat)

C’est l’une des principales contraintes qui plombent les efforts de résorption des disparités sociales et spatiales: le rythme d’évolution des régions. Actuellement, 4 régions sur 12 réalisent 63,6% du PIB. La mise en place de la régionalisation avancée ambitionne d’inverser la tendance. Depuis l’élection des nouveaux conseils régionaux, les choses semblent encore évoluer lentement.

A plusieurs reprises, les présidents des régions se sont élevés contre les retards d’adoption des décrets d’application, l’urgence de transférer des ressources humaines et financières… Interpellé par les membres de la Chambre des conseillers sur ce dossier décisif pour la résorption des disparités, Saâdeddine El Othmani a promis d’accélérer la cadence. Il a rappelé que tous les décrets d’application de la loi sur les régions ont été adoptés.

Idem pour les textes relatifs aux fonds de mise à niveau sociale et de solidarité entre les régions. «Ces décrets ont fixé les critères pour bénéficier des financements de ces deux fonds», a expliqué El Othmani. Le gouvernement va débloquer les budgets de ces deux fonds en 2018. «Nous avons prévu 697 millions de DH pour le compte du fonds de solidarité entre les régions pour l’année prochaine».

Ces collectivités territoriales devront aussi bénéficier d’un montant plus important au titre des transferts des recettes de l’IS et de l’IR. Leur part va passer de 3 à 4% en 2018. En comptant les crédits prévus dans le cadre du Budget général de l’Etat auprès des régions, ces dernières devront recevoir un montant global fixé à 7 milliards de DH. L’objectif est de «renforcer les infrastructures régionales et favoriser un développement territorial équitable et équilibré».

Parallèlement, les conseils régionaux sont aussi mis devant leurs responsabilités. L’efficience de la nouvelle architecture territoriale passe par la pertinence des choix lors de l’élaboration des plans de développement. Aujourd’hui, 8 régions sur 12 ont déjà approuvé leurs plans de développement. Ils ont été transférés au ministère de l’Intérieur pour visa, comme cela est prévu par la loi organique sur les régions. Le coût global de ces plans est de plus de 54 milliards de DH, selon El Othmani.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc