Primary tabs

International

WhatsApp épinglé par la Cnil

Par L'Economiste | Edition N°:5172 Le 20/12/2017 | Partager

Numéros de téléphone, profils et habitudes d’utilisation des clients… Des informations transmises par WhatsApp, en toute illégalité, à Facebook. C’est ce qu’a jugé la Cnil, la  Commission nationale de l’Informatique et des Libertés, en France.

Le gendarme des données personnelles a donc formulé une injonction, lundi 18 décembre, à l’encontre de l’entreprise américaine, propriété de Facebook, utilisée dans le monde entier. Épinglé pour des transferts illégaux de données personnelles, l’entreprise américaine a trois mois pour se mettre en conformité.

La Cnil a constaté que WhatsApp transmettait à sa maison mère des informations sans que les clients ne soient au courant et sans qu’ils puissent s’y opposer. Le régulateur français a d’ailleurs regretté dans un communiqué que le numéro un mondial des réseaux sociaux ait «extrêmement mal coopéré» ajoutant que «la Cnil n’a donc pas été en mesure d’examiner pleinement la conformité des traitements mis en œuvre par la société à la loi informatique et libertés».

Pour se mettre en conformité, WhatsApp devra recueillir le consentement des 10 millions d’utilisateurs français avant toute transmission de données et leur donner la possibilité de s’opposer à ce transfert d’informations personnelles.
Au-delà du délai, la Cnil pourra enclencher une procédure de sanction allant jusqu’à 3 millions d’euros. La Commission européenne a,  par ailleurs,  déjà condamné Facebook en mai à une amende de 110 millions d’euros pour avoir fourni des «renseignements dénaturés» concernant l’acquisition de WhatsApp.o

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc