Competences & rh

Talents marocains à l’étranger: «Les startups offrent plus d’autonomie et de polyvalence»

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5166 Le 12/12/2017 | Partager
hamza_idrissi_066.jpg

 Hamza Idrissi, fondateur de Careers in Morocco (Ph. Careers in Morocco)

- L’Economiste: 10% des répondants veulent rentrer pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Pourquoi choisissent-ils cette voie dans leurs pays et pas ailleurs?
- Hamza Idrissi:
Le marché français est aujourd’hui saturé, alors que le Maroc offre encore de nombreuses opportunités. Cela encourage les jeunes marocains à vouloir lancer leurs projets dans leur pays d’origine. D’autant plus que l’Etat marocain encourage les jeunes à l’entrepreneuriat à travers le lancement de plusieurs fonds d’accompagnement des startups. Par ailleurs, les startups présentent la possibilité de toucher à tout dans divers domaines de l’entreprise. Les jeunes y bénéficient  d’une grande autonomie, et y sont très polyvalents.
- Leurs prétentions salariales sont assez élevées. Pensez-vous que les employeurs au Maroc répondent à cette exigence?
- Cette question de la rémunération cristallise bien le décalage entre l’employeur et le jeune diplômé d’aujourd’hui, qui espère avoir des salaires élevés. Toutefois, certains employeurs peuvent proposer des rémunérations semblables à des profils confirmés, pour des postes de middle management. Ces derniers devront apporter une réelle valeur ajoutée et contribuer par leurs idées et leur énergie à développer l’entreprise.

- La majorité prévoit de rentrer dans des délais assez courts. Qu’est-ce qui explique cette tendance?
- Plusieurs facteurs tels que le chômage, le racisme, le plafond de verre au travail, la difficulté à obtenir des titres de séjour, les poussent à envisager un retour rapide au pays d’origine, où il y a certainement plus d’opportunités qui s’offrent à eux.

Propos recueillis par Tilila EL GHOUARI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc