Régions

Sidi Ifni- Guelmim-Tan-Tan Un SDAU pour mettre fin à l’anarchie urbaine

Par Sabrina BELHOUARI | Edition N°:5163 Le 07/12/2017 | Partager
La 1re phase a déterminé les grandes orientations d’aménagement sur 25 ans
Le littoral, un pôle de croissance reposant sur le tourisme et la pêche
Le lancement des travaux de la 2e phase prévu pour la fin de l’année
sidi_ifni-_guelmim-tan-tan_063.jpg

L’aire d’étude du SDAU du littoral Sidi Ifni-Guelmim –Tan Tan comprend 22 municipalités communes localisées dans les provinces de Sidi-Ifni, Guelmim et Tan Tan, s’étendant approximativement sur une bande littorale faisant 260 km de longueur sur 10 à 60 km de profondeur. La population de l’aire d’étude est principalement regroupée dans les trois pôles urbains en croissance que sont les villes de Sidi Ifni, Guelmim et Tan-Tan

L’élaboration du Schéma directeur d’aménagement urbain (SDAU) du littoral de Sidi Ifni -Guelmim-Tan-Tan entame sa deuxième phase d’élaboration à partir de ce mois de décembre. Réalisé par le bureau d’étude canadien Lemay, le SDAU a pour objectif de déterminer les grandes orientations d’aménagement du littoral de la région Guelmim-Oued Noun sur un horizon de 25 ans.

«Aucun parti d’aménagement du territoire n’a encore été arrêté dans l’élaboration du Schéma directeur d’aménagement urbain du littoral de Sidi Ifni - Guelmim - Tan-Tan. Ce travail s’effectuera à partir de la phase 2 du projet qui devrait s’amorcer en décembre ou janvier prochain», apprend-on auprès du bureau d’étude Lemay, en charge de l’élaboration du SDAU.

L’élaboration de ce schéma qui a démarré en juillet dernier vient ainsi de clore sa première phase consacrée à la lecture diagnostic du territoire. Cette phase a permis de dresser un premier état des lieux mettant en lumière les caractéristiques de la zone étudiée ainsi que les opportunités qui peuvent se présenter dans le futur.

Elle a surtout comme but de mettre en commun l’ensemble des données économiques, structurelles, sociales et politiques.L’étape de la lecture diagnostic du territoire a été élaborée dans un contexte d’échanges entre le bureau d’étude et l’ensemble des parties prenantes au dossier: Élus, représentants des communes, de l’Agence urbaine, des experts de la Province, des représentants de la société civile, des administrations, organismes et groupes locaux, etc.

Elle vise à enrichir mutuellement les parties par l’échange d’informations et permet à la communauté de transmettre au Bureau d’étude ses connaissances sur son expérience quotidienne, les perceptions qu’elle a de son milieu, ses intérêts, ses besoins et ses aspirations. A l’issue d’un premier atelier de concertation, un document présentant la synthèse des discussions qui regroupe les points qui ont fait consensus dans l’ensemble des thématiques abordées a été élaboré.

Il ressort de ce travail de synthèse un ensemble de réalités qui caractérisent cette région et en particulier le territoire étudié. La façade maritime de l’aire d’étude forme en effet le cœur économique et vivant de la région, qui constitue un pôle de croissance important reposant sur le tourisme et la pêche maritime. Un déséquilibre urbain caractérise toutefois cette région, puisque Guelmim attire plus de la moitié de la croissance démographique de la région et Tan-Tan plus du tiers.

De plus, l’urbanisation se fait aux dépens des terres agricoles principalement dans les oasis et menace également le littoral. Ce littoral de Sidi Ifni - Guelmim – Tan Tan dispose justement de plusieurs atouts, dont les plus importants sont la richesse halieutique et la biodiversité.

Des atouts renforcés par la présence de deux ports à Sidi Ifni et Tan Tan, ainsi que deux méga projets touristiques qui sont Oued Chbika et Plage blanche. Les opportunités dont pourrait tirer profit cette zone se présentent surtout en matière de connectivité à travers la route Tiznit-Laâyoune (passant par Guelmim et Tan-Tan), mais aussi au travers de projets structurants dans le tourisme, l’énergie ou encore l’industrie en lien avec la filière aquatique. 

Néanmoins, la région, et cette partie littorale en particulier, connaissent quelques faiblesses. Il s’agit par exemple de la précarité du tissu économique, des infrastructures et équipements désuets ou insuffisants pour bien exploiter les ressources du territoire, de la concentration de la population dans les milieux urbains ou encore de l’enclavement et le sous-équipement de l’arrière-pays.

Des éléments qui peuvent entraîner des conséquences néfastes sur le court comme sur le long terme. Il s’agit en particulier de menaces sur l’environnement comme la désertification, les inondations et la crise de l’eau potable. Mais aussi l’utilisation anarchique de l’espace qui risque de dénaturer le territoire, en particulier de Mirleft à Foum Assaka.

Cette liste non exhaustive d’exemples d’éléments à prendre en considération dans l’élaboration du SDAU a été discutée et détaillée lors de l’atelier de travail avec la communauté. Une liste qui permet surtout de relever la perception de la réalité et de l’avenir de la zone étudiée, par justement la population qui devrait être impactée directement par les retombées de ce SDAU.

Avec le démarrage de la seconde partie de l’étude, un autre atelier s’en suivra et qui servira à définir la vision d’avenir, à l’horizon 2040, reflétant toujours les attentes et besoins de la collectivité. Des informations pour suivre l’évolution de l’élaboration du SDAU sont communiquées au fur et à mesure via un site web interactif mis spécifiquement en ligne par le bureau d’étude Lemay à cet effet.

Associer aussi la communauté

Associer la communauté à la définition de la vision d’aménagement et de développement du territoire étant essentiel dans l’élaboration du SDAU, un premier atelier d’échange a eu lieu le mois d’octobre entre celle-ci et le bureau d’études Lemay. L’atelier a connu la participation d’une soixantaine de personnes issues de différents horizons. Cette rencontre a permis d’une part, de partager le résultat de diagnostic du territoire réalisé par le bureau d’étude, et d’autre part de recueillir la perception de ce diagnostic et les attentes des participants à l’atelier.

De notre correspondante, Sabrina BELHOUARI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc