Entreprises

Trophée de la femme manager: Au-delà du prix, une forte dose d’inspiration

Par Aziza EL AFFAS | Edition N°:5163 Le 07/12/2017 | Partager
Fort engagement du top management de la SNI et d’Engie
Ambition: faire émerger de nouveaux «Role Models»
Hommage à Mounir El Majidi, artisan du projet
trophee-femme-manager-063.jpg

Les 3 lauréates du Trophée de la femme manager (de gauche à droite Ghalia Sebti, Zakiya Sekkat et Imane Belrhiti) entourées des membres du jury dont Hassan Ouriagli, PDG de la SNI, Gérard Mestrallet, président du CA d’Engie, Miriem Bensalah-Chaqroun, Présidente de la CGEM, Nadia Salah (fondatrice du groupe Eco-Médias), Valérie Bernis (vice-présidente de la Fondation Engie) ou encore Lionel Zinsou (ancien Premier ministre béninois et président de Terra Nova)... (Ph. SNI)

«Selon l’ONU, les accords de paix incluant les femmes sont plus durables, les pays présentant plus d’égalité hommes/femmes ont plus de croissance économique et les entreprises avec plus de femmes se portent mieux». Hassan Ouriagli, PDG de la SNI  a rappelé ce constat lors de la cérémonie de remise des trophées de la femme manager, qui s’est tenue mardi 5 décembre à Casablanca (cf. édition du 6 décembre 2017).

Trois femmes au parcours exemplaire ont été primées lors de cette soirée. Il s’agit de Zakiya Sekkat (Leader), Imane Belrhiti (Manager) et Ghalia Sebti (Entrepreneure). Au-delà de la médiatisation de leur image, les trois gagnantes bénéficieront d’un accompagnement en termes de coaching et de networking.

La gagnante du trophée Leader aura ainsi accès à un réseau international de dirigeants et de dirigeantes. La catégorie Manager de l’année participera aux séminaires stratégiques de Boston Consulting Group (BCG). Pour sa part, la lauréate du trophée Entrepreneure  aura droit à un accompagnement personnalisé au cours d’un atelier BCG.

Un rôle de catalyseur joué par la SNI

«Au-delà de l’éducation, du parcours personnel ou du niveau social, je pense que la formule magique c’est: tu peux le faire, vas-y», témoigne Ghalia Sebti,  DG d’Aït Manos, entreprise spécialisée dans le zellige traditionnel au rayonnement international. «Je viens de rentrer de la côte ouest des Etats-Unis où Aït Manos contribue à la décoration d’un restaurant du géant Amazon», annonce non sans fierté Ghalia Sebti, dont l’entreprise emploie plus de 70 maâlems spécialisés dans le carrelage marocain.

Pour 2017, le Trophée a été structuré par les groupes SNI et Engie qui se sont associés pour co-organiser cette 2e édition, en partenariat avec Eco-Médias, éditeur du quotidien L’Economiste. L’alliance de ces deux groupes majeurs conforte tout à la fois la dimension internationale de l’événement, s’appuyant sur le capital de bonnes pratiques du groupe Engie en matière de parité, et sa volonté d’ancrage dans les réalités du tissu entrepreneurial marocain grâce au rôle catalyseur joué par SNI.

«Parallèlement à ces engagements de longue date, Mounir El Majidi, Président du comité d’orientation d’Injaz Al Maghrib, association créée par la SNI pour soutenir la responsabilité sociale et environnementale du Groupe, a souhaité qu’au-delà de l’orientation sur l’entrepreneuriat et la culture, la SNI s’investisse pleinement pour la condition des femmes en entreprise», poursuit Ouriagli.

Dans cet esprit, la SNI favorise la promotion du statut des femmes et notamment leur «empowerment» dans le monde de l’entreprise. Et c’est là toute l’essence de son engagement aux côtés du Trophée de la femme manager de l’année. Pour sa part, le groupe Engie mène depuis plus de 10 ans de nombreuses actions en faveur de la place des femmes.

«Une politique ambitieuse et audacieuse a permis d’instaurer une réelle culture de la mixité et de l’égalité, partagée par tous, femmes et hommes de l’entreprise», a souligné Gérard Mestrallet, président du CA d’Engie. Dès 2008, le groupe Français a lancé le réseau WIN (women in networking) qui compte aujourd’hui près de 2.000 femmes issues de tous les métiers, dans 20 pays.

Seule entreprise du CAC40 dont le DG est une femme, Engie, avec plus de 60% de femmes parmi ses administrateurs est également l’entreprise dont le Conseil d’Administration est le plus féminisé au sein du FortuneGlobal200. Pour les organisateurs, le bilan de participation à cette 2e édition s’avère assez positif.

Il se caractérise par une vitalité et une diversité remarquables en termes de profils, de formations, de parcours et d’environnements professionnels. Ce palmarès réaffirme la capacité du Trophée de la femme manager à pouvoir durablement faire émerger de nouveaux «Role Models», ces exemples de réussite dont la médiatisation contribue à transformer la vision portée sur les femmes managers mais aussi à inspirer les jeunes générations.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc