Régions

L'Oriental veut se positionner sur les métiers mondiaux

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5158 Le 29/11/2017 | Partager
Nécessité de revoir la cartographie sectorielle actuelle
L’automobile, l’aéronautique, l’électronique tardent à pointer dans la région
usine-automobile-058.jpg

L’objectif de ce colloque est de mener une réflexion actualisée sur l’état et les perspectives de la compétitivité des métiers mondiaux du Maroc et d’en faire bénéficier l’Oriental. A part l’offshoring qui représente de réelles opportunités d’embauche dans la région, l’automobile, l’aéronautique et l’électronique tardent à pointer (Ph. L'Economiste)

L’Oriental cherche à se positionner sur l’échiquier des métiers mondiaux du Maroc (MMM). Pour s’y prendre, il compte bénéficier de l’expérience nationale dans le domaine et de la qualité de formation de ses écoles supérieures. C’est ce qui ressort du colloque international, organisé récemment par le Laboratoire d’études et de recherches en management avancé (LERMA) de l’ENCG-Oujda, sous le thème: Compétitivité des métiers mondiaux du Maroc: bilan et défis.

Une rencontre articulée autour de trois axes. Un premier atelier consacré aux plateformes industrielles intégrées et aux enjeux de la cartographie sectorielle des MMM. Un second atelier pour évaluer l’insertion des entreprises marocaines dans les filières mondiales et le positionnement à l’international des MMM et un troisième atelier dédié aux facteurs propulsifs et avenir des MMM.

Il était également question de l’impact de ces métiers sur le développement des ressources humaines et les facteurs déterminants des flux entrants des IDE. La mise au point d’un positionnement stratégique de la région nécessite la réalisation d’un model industriel compétitif et la révision de la cartographie sectorielle de ces métiers.

Le but est d’attirer les investisseurs concernés par le développement des secteurs répondant aux exigences des métiers mondiaux du Maroc et la recherche de nouveaux marchés à fortes extensions. Choix qui n’exclut pas l’implication des acteurs locaux, appelés à bénéficier de la mise à niveau territoriale réalisée au cours de la dernière décennie, explique Abdelkader El Oudri, économiste universitaire et modérateur du premier atelier.

Et d’ajouter, «ces métiers remplissent les objectifs pour lesquels ils étaient mis en place. Une réussite qui ne reflète pas le classement du pays dans la grille évaluative du climat des affaires. Ce qui nécessite de nouvelles moutures fiscales, nouvelles approches dans l’octroi du foncier et révision de la charte de l’investissement qui reste un ramassis de codes et pas un texte cohérent».

L’Oriental peut tirer profit des MMM, puisque l’industrie est en train de se numériser et de se digitaliser. «De nouvelles spécialisations qui permettraient à la région de devenir compétitive, même étant éloignée des centres de production. Il suffit d’avoir des idées novatrices et maîtriser l’outil numérique», explique Abdelbaqi Agrar, directeur de LERMA.

Une tâche à laquelle s’attellent l’ENSA, l’ENCG, l’EST et la Faculté des sciences de l’Université des sciences d’Oujda qui forment des centaines d’étudiants pour accéder aux métiers mondiaux du Maroc. Toutefois, à part l’offshoring qui représente de réelles opportunités d’embauche dans la région, l’automobile, l’aéronautique et l’électronique tardent à pointer.o
De notre correspondant,
Ali KHARROUBI

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc