Entreprises

BTP: Sadet s’offre l’exclusivité du chinois OVM

Par Reda BENOMAR | Edition N°:5156 Le 27/11/2017 | Partager
La solution permet à l’entreprise de lancer une nouvelle activité
Economies en temps, énergie et coûts … le procédé offre une multitude d’avantages

L’entreprise Sadet et le groupe OVM, acteur asiatique spécialisé dans le secteur de la précontrainte, viennent de nouer un partenariat concernant le transfert au Maroc de la technologie développée par le groupe asiatique dans le domaine de la post-tension. Sadet (Société arabe de développement des technologies de construction), qui détient l’exclusivité du procédé OVM dans le secteur du bâtiment, peut donc lancer sa nouvelle activité de «post-tension».

La technique est réputée innovante dans le secteur du BTP et fait rêver les architectes car elle permet plus de marge de manœuvre par rapport au béton armé «classique». Par ailleurs, la technique précontrainte par post-tension permet de réaliser toute forme de structure tout en réduisant l’impact sur l’environnement, le délai de construction, ainsi que la quantité de matériaux (béton 25%, acier 65%…) et les coûts engagés.

Utiliser cette technique permet des segments de béton plus fins, l’allongement des travées entre les supports, des murs plus résistants aux forces latérales ou encore des fondations qui résistent mieux aux effets de contraction ou de dilatation du sol. Côté écologique, la diminution des quantités de matériaux permet de réduire l’impact énergétique et l’émission de gaz à effet de serre dans la construction des ouvrages.

Le procédé OVM est certifié par des organismes internationaux. «En effet, la solution offre un système de précontrainte des planchers par post-tension de grande qualité. Il a fait ses preuves de fiabilité dans plusieurs projets de bâtiments en garantissant des gains économiques considérables qui peuvent atteindre les 30%», assure le management de Sadet.

En plus des avantages des solutions classiques, la solution brevetée OVM permet d’aller plus loin. La technique du groupe chinois a l’avantage d’augmenter les trames dans les deux directions, rendant possible la diminution du nombre d’éléments porteurs (poutres, poteaux, voiles) et la création d’espaces ouverts (idéal pour les plateaux bureaux et les centres commerciaux par exemple).

Les cadences de réalisation (nombre de jours par niveau) sont aussi plus rapides que celles constatées sur les bâtiments classiques en béton armé, grâce à la réduction des quantités mises en œuvre. Le système permet d’avoir des dalles moins épaisses pour mieux exploiter les hauteurs et donne la possibilité à certains niveaux de gagner jusqu’à un étage. La facilité d’approvisionnement et de manutention est aussi un paramètre non négligeable.

L’approvisionnement du chantier est largement simplifié car il n’y a pas de transport lourd. La manutention quant à elle ne nécessite pas d’engins de levage importants, en particulier dans des zones inaccessibles aux grues.

Des références solides

Le chiffre  d’affaires de Sadet s’élevait à 300 millions de DH en 2016. L’entreprise a pris part à la construction de nombreux ouvrages à travers tout le pays. Les 3 sous-sols et rez-de-chaussée de la gare Casa-Port ont été créés en poutres en béton précontraint Sadet. S’étalant sur une superficie de 5,6 hectares, la Faculté de médecine d’Oujda a été elle entièrement structurée en poutres précontraintes provenant des usines de Sadet. La construction n’a duré que 2 ans grâce à l’utilisation de produits préfabriqués. L’entreprise a aussi participé à la rénovation de l’hôtel Michlifen Ifrane Suites & Spa en fournissant poutres et planchers pour structurer les nouveaux espaces proposés à la clientèle. Les références de Sadet, combinées à celles du chinois OVM, placeront sûrement l’entreprise en pole position pour rafler des marchés à Tanger Tech.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc