Médias

Assises de la presse francophone: Les nouveaux enjeux du journalisme d’investigation

Par Meriem OUDGHIRI | Edition N°:5154 Le 23/11/2017 | Partager
Mettre en lumière les défaillances des sociétés, rendre plus lisibles les réalités complexes…
«Panama Papers», «Paradise Papers»… entrée fracassante dans la mondialisation
«Jamais de démocratie majeure sans transparence»
assises-de-la-presse-francophone-1-054.gif

Encore cette année, les Assises ont enregistré une participation record en accueillant plus de 300 représentants de médias de plus d’une cinquantaine de pays (Ph. MS)

Après Madagascar, où le Maroc a été à l’honneur, c’est Conakry qui accueille jusqu’au 25 novembre 2017 les Assises de la presse francophone. Des Assises qui attirent de plus en plus de monde avec cette année un autre record de participation de plus de 300 professionnels des médias d’une cinquantaine de pays. Ce qui démontre un regain d’intérêt pour l’Union internationale de la Presse francophone.

De nombreux grands responsables des médias francophones ont ainsi consacré leur retour au sein de l’organisation. Il s’agit notamment du Canada qui a décidé de revenir prendre part aux activités de l’UPF. «Le fonctionnement de notre organisation se doit d’être transparent et inclusif et c’est aujourd’hui le leitmotiv du Bureau international», ne manquera pas de souligner Madiambal Diagne, Président international de l’UPF, lors de son discours de l’ouverture des Assises. Une exigence de transparence que s’impose donc l’organisation et qui est d’ailleurs au programme de cette grande rencontre de Conakry dont le coup d’envoi a été donné hier, mercredi 22 novembre.

Les Assises de l’Union de la presse francophone constituent un événement majeur où se côtoient de grandes personnalités médiatiques et politiques et où se discutent les enjeux et les défis auxquels fait face la presse dans le monde francophone.
«Journalisme, investigation, transparence» est ainsi le thème choisi cette année, au cœur des nombreuses préoccupations de la presse.

Ce triptyque soumis à la réflexion des professionnels se trouve au fondement même des sociétés démocratiques car «il n’y a pas, il n’y a jamais eu et il n’y aura jamais de démocratie majeure sans transparence», souligne Michaelle Jean, Secrétaire générale de l’Organisation internationale de la Francophonie dans un message lu par son représentant Tidiane Dioh.

«Or, c’est le journalisme d’investigation, mené avec rigueur, qui met en lumière les imperfections de nos sociétés contemporaines et qui conduit irrémédiablement à la transparence». Il contribue à construire des sociétés ouvertes, innovantes, inclusives et dynamiques.

«Etre journaliste, c’est avoir la ferme conviction de changer positivement le monde. La liberté de la presse ne peut plus être une utopie», indique Ibrahima Kone, le Président de la section guinéenne, hôte des Assises. «Le journalisme d’investigation a un formidable rôle à jouer dans la vitalité du débat démocratique», estime pour sa part Julia Cagé, professeur d’économie, Sciences Po Paris, lors de la conférence inaugurale des Assises.

upf-maroc-054.gif

L’équipe de l’UPF Maroc, présidée par Meriem Oudghiri, secrétaire générale de la rédaction de L’Economiste (à gauche), lors de la cérémonie d’ouverture des Assises de la presse francophone à Conakry en Guinée. A droite, Fatima El Ouafi, trésorière de l’UPF et secrétaire générale de la rédaction chez notre confrère Les Inspirations Eco (Ph. MS)

«Panama Papers», «Paradise Papers»,  résonnent aujourd’hui de plus en plus comme un tournant dans le journalisme d’investigation qui confirme son entrée fracassante dans la mondialisation et la collaboration transfrontière entre rédactions. Rendre plus lisibles les réalités complexes, mettre en lumière les défaillances des sociétés, débusquer les failles des systèmes internationaux, tels sont aujourd’hui les nouveaux enjeux du journalisme d’investigation. Sa tâche devient ainsi un peu plus exigeante et plus risquée face aux atteintes et aux obstacles qui, selon les régions du monde, se multiplient.

Le péril auquel fait face l’enquête journalistique sera ainsi débattu à Conakry par les professionnels des médias, des représentants des  pouvoirs publics, des acteurs des organisations internationales ainsi que de la société civile. «Il sera intéressant de voir lors de ces Assises, comment les médias, pour lesquels les responsabilités envers le public et la démocratie sont plus que totales, confrontent les atteintes à son expression», indique Madiambal Diagne, Président de l’UPF.

De notre envoyée spéciale à Conakry, Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc