Economie

Bons du Trésor: De l'appétit malgré les taux bas

Par Franck FAGNON | Edition N°:5153 Le 22/11/2017 | Partager
La demande a atteint 397 milliards de DH sur les dix premiers mois
Le Trésor a mobilisé 103 milliards et remboursé 77 milliards sur la période
Focus sur les maturités moyennes depuis le début de l'année
bons_du_tresor_053.jpg

La demande d'obligations d'Etat a atteint 397 milliards de DH à fin octobre. La baisse des taux n'a pas détourné les investisseurs de ces titres. Au-delà de la sécurité qu'ils procurent, les exigences réglementaires justifient les placements sur ces actifs pour les banques ou encore les compagnies d'assurances. Par ailleurs, les alternatives sont limitées sur le marché

Malgré des taux d'intérêt à des niveaux historiquement bas, les obligations d'Etat sont toujours très recherchées. Le volume des soumissions sur les dix premiers mois de l'année a atteint 397 milliards de DH. Les banques, les compagnies d'assurances, les caisses de retraite et les OPCVM sont les principaux investisseurs sur ce support de placement.

Le taux de satisfaction de la demande entre janvier et octobre s'est établi à 26%, le Trésor ayant mobilisé 103 milliards de DH. Ses levées ont augmenté de 13% par rapport à la même période l'année dernière. Après prise en compte des remboursements qui se sont chiffrés à 77 milliards de DH, la dette du Trésor a augmenté de 26 milliards de DH à 516 milliards.

L'activité du Trésor sur le marché contraste avec l'amélioration des finances publiques. Le déficit budgétaire s'est inscrit en recul de 4,3 milliards de DH à 28,5 milliards de DH à fin octobre. L'augmentation des emprunts du Trésor dénote peut-être de la concentration de ses opérations sur le marché domestique.

Il a focalisé ses émissions sur les maturités moyennes. Elles ont augmenté de 57% et concentrent 59% des émissions depuis le début de l'année. En revanche, les levées sur les maturités longues ont baissé de 37% et représentent moins de 20% du volume des émissions.
En octobre, les taux moyens pondérés primaires s'étalaient de 2,14% pour la maturité 13 semaines à 3,27% sur le 10 ans et 3,76% sur le quinze ans. En cinq ans, les baisses dépassent 1 point de pourcentage sur certaines maturités. Pour le Trésor, la détente du coût de financement allège les charges d'intérêts.

En revanche, les investisseurs doivent composer avec les taux bas, à moins de s'orienter vers des actifs plus risqués pour chercher plus de rendement. Cependant, l'on ne voit pas un mouvement important vers la Bourse notamment. Le contexte de taux bas sur le marché obligataire impacte aussi directement les particuliers. L'essentiel des cotisations dans les contrats d'assurance-vie est placé sur les bons du Trésor. Et donc, une baisse des taux sur ce marché influence la rémunération des contrats.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc