Entreprises

Marché des motos: Docker espère retrouver de la vitesse

Par Franck FAGNON | Edition N°:5151 Le 20/11/2017 | Partager
La société anticipe un rebond de son chiffre d’affaires
Une diversification dans le bois et les voitures électriques
docker_motors_051.jpg

Depuis le changement de la réglementation sur les cyclomoteurs, Socomadis, connue pour sa marque Docker, a vu son chiffre d’affaires dévisser de moitié en deux ans. L’entreprise table sur un rebond à partir de 2017. La société s’apprête à opérer un virage stratégique dans l’automobile

Les importateurs de motos commencent à peine à digérer les changements réglementaires sur le marché. L’entrée en vigueur des dernières dispositions s’est traduite par une chute de moitié des revenus de Socomadis en deux ans. Connue plus pour sa marque Docker, l’entreprise a enregistré un chiffre d’affaires de 243 millions de DH en 2016.

Avec une part de marché estimée entre 40 et 45%, la direction table sur un rebond du chiffre d’affaires cette année aux alentours de 300 millions de DH. «Les ventes sont meilleures que l’année dernière», note Abdellatif Filali, directeur général de Socomadis.

Il est également président de l’Association marocaine des importateurs, distributeurs et revendeurs de motocycles (Admirev). Il reste néanmoins prudent: «Nous évoluons sur un marché qui n’est pas structuré, cela explique en partie la volatilité des ventes». 

Au-delà de la modification de la législation qui a pesé sur les revenus ces dernières années, la concurrence n’est pas neutre sur le comportement des ventes. Surtout, c’est une activité où la fraude sur les standards techniques est importante. Le débridage des motos continue de perturber le marché. Cette pratique consiste à accroître la puissance des motos pour rouler plus vite.

Ces modifications ont une influence mineure sur le prix de vente, mais présentent des risques importants pour les utilisateurs. Ces motos sont surtout recherchées dans les zones montagneuses. Mais l’identification des engins susceptibles d’être débridés s’améliore, reconnaît Filali.

A court terme, plusieurs facteurs soutiendraient le rebond des ventes de motos, disent les professionnels. Le transport en commun n’est pas encore au point et les automobilistes des grandes villes se plaignent au quotidien des embouteillages. Ce contexte pousse un certain nombre de personnes à privilégier les déplacements à moto. «Les achats reprennent, surtout à Casablanca», remarque le directeur général de Socomadis.

L’évolution sur certains segments pourrait être freinée par l’augmentation des droits de douane de 25 à 30%. Cette hausse sera répercutée sur le prix présenté au public. Toutefois, «nous comptons maintenir notre position sur le marché tout en rendant nos produits accessibles à tous», indique Filali. Socomadis vient de conclure un partenariat avec Wafasalaf pour faciliter l’accès à ses produits. En outre, l’entreprise négocie avec un assureur de la place la mise en place d’une offre dédiée aux propriétaires d’engins Docker.

Pour diversifier ses revenus, Socomadis, qui fête ses vingt cinq ans cette année, investit depuis deux ans dans le bois. Depuis peu, elle commercialise aussi des voitures électriques. «Cela reste une activité embryonnaire, mais nous sommes prêts à la développer dès que le marché sera porteur», indique Filali. L’entreprise a des ambitions plus importantes dans l’automobile et travaille sur un projet de plus grande ampleur.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc