International

Américains et Russes appuient le régime syrien

Par Jihad RIZK | Edition N°:5146 Le 13/11/2017 | Partager
«Pas de solution militaire au conflit»
Nouveaux pourparlers pour fin novembre à Genève
americains_et_russes_046.jpg

 La guerre en Syrie a fait plus de 330.000 morts et des millions de déplacés et réfugiési

Le Président américain Donald Trump et son homologue russe, Vladimir Poutine, estiment qu’il n’y a «pas une solution militaire» possible à la guerre en Syrie. Les deux chefs d’Etat réaffirment en revanche leur «détermination à vaincre le groupe Etat islamique (EI)». Washington et Moscou s’engagent encore une fois pour «la souveraineté de la Syrie, son indépendance, son unité, son intégrité territoriale et sa nature séculaire».

Un appel a été lancé par les deux puissances pour que «toutes les parties participent aux discussions menées par l’ONU à Genève». Un nouveau cycle de pourparlers sur la Syrie se tiendra à partir du 28 novembre à Genève sous l’égide de l’ONU afin de tenter de mettre un terme à la guerre, a annoncé l’émissaire des Nations unies pour la Syrie, Staffan de Mistura. L’ONU a déjà organisé sept sessions de discussions entre le régime syrien et l’opposition, sans parvenir à surmonter le principal obstacle, qui concerne le sort du président Bachar al-Assad.

La Russie mène en Syrie une campagne de bombardements depuis 2015, en soutien au président Bachar al-Assad, et a fait basculer le conflit en sa faveur. Les Etats-Unis et la Russie ont également discuté «la nécessité de réduire les souffrances humaines en Syrie, et appelé tous les pays membres de l’ONU à augmenter leur contribution pour satisfaire aux besoins humanitaires dans les mois qui viennent», selon un communiqué conjoint.

Le commandement militaire russe a accusé récemment les Etats-Unis de «faire seulement semblant» de combattre l’EI en Irak et de gêner la contre-offensive soutenue par la Russie dans l’est de la Syrie. Mais d’après la déclaration commune, les deux pays «sont satisfaits» des efforts visant à prévenir les incidents entre leurs forces respectives en Syrie, «ce qui a considérablement accru les pertes de l’EI sur le champ de bataille au cours des derniers mois».

Selon des responsables du département d’Etat ayant requis l’anonymat, cette position commune, fruit de «plusieurs mois de discussions intenses», a été finalisée en marge du sommet de l’Apec par les chefs des diplomaties américaine et russe, Rex Tillerson et Sergueï Lavrov. Il marque l’engagement de la Russie à soutenir les négociations de paix de l’ONU, se sont félicités ces responsables américains ayant requis l’anonymat.

Lors de l’Assemblée générale de l’ONU, «nous avons clairement fait savoir qu’il n’y aurait aucune aide à la reconstruction de la Syrie tant qu’il n’y aurait pas de processus politique digne de ce nom», a indiqué l’un d’eux au cours d’un point de presse à Washington. C’est peut-être l’une des raisons pour lesquelles «les Russes se sont engagés aussi clairement» dans le processus de paix de l’ONU.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc