Economie

Crédits: La tarification baisse encore pour les ménages

Par Franck FAGNON | Edition N°:5146 Le 13/11/2017 | Partager
A 6,60%, le taux moyen du crédit conso à son plus bas historique
L’appétit pour l’équipement en voiture reste intact
Le loyer de l’argent s’est renchéri pour les entreprises
taux_credit_046.jpg

La tarification moyenne a atteint un plus bas historique  entre juillet et septembre 2017. Il est difficile pour les sociétés de financement de s’aligner sur ces tarifs puisque elles-mêmes se refinancent en grande partie auprès des banques. Néanmoins, elles résistent grâce au crédit auto

Le coût du crédit a suivi différentes trajectoires au troisième trimestre selon la catégorie d’emprunteur. Pour les ménages, la tarification moyenne a atteint un plus bas historique pour le crédit à la consommation (6,60%) et pour le prêt immobilier (5,09%). Ces conditions de marché profitent en premier aux meilleurs dossiers et sont proposées par les banques. Le taux moyen est plus élevé chez les sociétés de financement. Néanmoins, elles captent une bonne partie de la demande de crédit auto des ménages.

Sur les deux dernières années, ce produit est l’unique moteur de la croissance des prêts à la consommation. Son encours a augmenté de 25% chez les sociétés de financement en 2016 et progresse encore à deux chiffres cette année. Globalement, l’encours des prêts à la consommation des sociétés de financement atteint 49 milliards de DH en hausse de 7% à fin septembre. Chez les banques, la hausse se limite à 4% à 51 milliards de DH.

Le dynamisme du crédit auto est un peu l’arbre qui cache la forêt chez les sociétés de financement. La maturation des clients, le renforcement des banques sur le crédit à la consommation poussent les opérateurs à revoir leur business modèle. En cinq ans, l’encours des prêts à la consommation des sociétés spécialisées a augmenté de 2 milliards de DH contre 11 milliards de DH chez les banque (l’absorption de BMCI Crédit conso par BMCI a un impact significatif sur la hausse de l’encours des banques). La diversification des sources de revenus est devenue vitale. Un certain nombre d’acteurs misent aussi sur le digital pour être plus compétitifs.

Entre juillet et septembre, le coût du crédit s’est renchéri pour les entreprises. Le taux d’intérêt moyen des prêts à l’équipement est repassé au-dessus de 5% plus exactement à 5,14% sur la période. Il s’est établi à 5,69% pour les crédits de trésorerie. Il est en hausse de 46 points de base par rapport au deuxième trimestre et de 71 points de base par rapport à juillet-septembre 2016.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc