SOLUTIONS & CO by sparknews

Des «parapluies inversés» pour collecter de l’eau

Par Preeti Mehra - BusinessLine | Edition N°:5136 Le 27/10/2017 | Partager
parapluies-inverses-036.gif

L’ombrelle en acier inoxydable comporte des modules solaires selon une disposition brevetée qui permet à l’eau de s’écouler lors des pluies. Le système collecte et filtre ainsi 45.000 litres d’eau de pluie tandis que les panneaux solaires fournissent une capacité de 400 watt peak (kWp) de lumière et d’énergie renouvelable (Ph. ThinkPhi)

Samit et Priya Choksis ont rêvé d’un appareil –pas seulement intelligent, mais beau aussi– qui recueille les eaux de pluie et exploite la lumière du soleil.

Lorsque les Choksi reviennent à Mumbai après plusieurs années passées aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, ils veulent créer une entreprise qui fasse plus que payer les factures. Samit est informaticien, Priya diplômée en architecture et design durable. En 2015, ils lancent ThinkPhi, une startup du clean-tech, les technologies propres.
Leur mission officielle? «Devenir l’entreprise la plus écologique au monde».

Dans leur région soumise à de fréquentes sécheresses, le couple s’attelle tout d’abord au design d’un produit qui économise l’eau. Le concept se développe rapidement en infrastructure intelligente qui récupère les eaux de pluie et les rayons de soleil. Baptisé Model 1080 (un chiffre obtenu en additionnant ses angles géométriques), il est bientôt surnommé Ulta Chaata en raison de sa ressemblance avec un parapluie retourné par le vent.

L’objet en acier inoxydable et au design élégant pèse peu (50 kilos), n’occupe que 50 cm x 50 cm au sol et se déploie en hauteur sur une surface de quatre mètres sur quatre. Sa hauteur peut être ajustée de trois à quatre mètres. L’ombrelle comporte des modules solaires selon une disposition brevetée qui permet à l’eau de s’écouler lors des pluies. Le système collecte et filtre ainsi
45.000 litres d’eau de pluie tandis que les panneaux solaires fournissent une capacité de 400 watt peak (kWp) de lumière et d’énergie renouvelable.

Ulta Chaata fonctionne isolément ou en groupe. Cette flexibilité le rend propre à divers usages, de l’abri de garage permettant de recharger les voitures électriques au parasol sous lequel s’asseoir et dîner à l’ombre.
Le client beta de l’entreprise était Godrej Group. L’ont suivi le développeur immobilier Rustomjee et les hôpitaux Poonawala et Masina. ThinkPhi a accompagné son envolée commerciale d’une extension de ses opérations, des ventes, de la distribution et de la R&D grâce au financement de l’industriel Nimmagadda Prasad.

Un géant de 20 mètres

ThinkPhi emploie aujourd’hui 12 personnes, dont des ingénieurs, des informaticiens et des designers. La famille Ulta Chaata compte déjà deux membres de plus: le 1080WX et le 1080XXL. Le premier peut collecter 85.000 litres et dispose d’une capacité énergétique de 2,2 kWp. Avec son envergure de cinq mètres, il est tout désigné pour protéger les abris bus ou des stations de travail,  où les gens peuvent s’installer autour d’une table et recharger leurs appareils électroniques.

Le 1080XXL est un géant de 20 mètres sur 20 développé à la demande de Sanjay G. Ubale, le PDG et directeur marketing de Tata Realty and Infrastructure. Il s’intéressait aux Ulta Chaata pour les péages autoroutiers. «Il a été une grande source d’inspiration et nous a demandé de tenter une version XL», explique Priya Choksi. «Ce type d’interactions avec des leaders industriels aide les jeunes pousses comme la nôtre à être encore plus créatives». Outre Tata, Mahindra, Godrej, d’autres entreprises conseillent la startup sur l’ingénierie de la valeur et une meilleure sélection des matières, afin de se déployer dans d’autres domaines.

ThinkPhi pense grand mais n’oublie pas ses clients plus modestes. L’entreprise vient de lancer le 1080H, une version résidentielle déjà installée sur plusieurs sites pilotes aux Etats-Unis et en Australie. Ce kit plat facile à transporter et à assembler récupère jusqu’à 40.000 litres d’eau et garantit un éclairage indépendant.

Priya Choksi reconnaît que des combinaisons d’autres structures et équipements pourraient obtenir des résultats équivalents, mais le design sophistiqué et tout-en-un d’Ulta Chaata le rend unique. «Le design de qualité n’est pas l’apanage des pays développés», déclare-t-elle.
Il est peut-être surprenant que ni le design, ni l’ingénierie n’aient représenté le plus grand défi pour l’entreprise. «En fait, la plus grande difficulté a été d’enregistrer notre entreprise pour la TVA», révèle Samit Choksi. «Nous ne voulions pas nous salir les mains avec des dessous de table. Nous construisions une entreprise pour l’environnement, elle devait donc être propre».

En dépit de sa réussite, Samit Choksi confie qu’il pourrait se relocaliser à Singapour pour s’étendre sur les marchés d’Asie-Pacifique. «Singapour est connue pour ses talents créatifs, offre un environnement propice à la recherche et attire énormément de capitaux pour les startups. Cela facilitera notre prochaine levée de fonds».

Ce nouvel apport en capitaux sera déterminant pour le prochain projet de ThinkPhi, qui porte sur un aspect crucial des énergies renouvelables: le stockage propre. L’objectif est de développer des packs de stockage mobiles et faciles à installer pour aider les gens lors des coupures de courant. «Ils seront sept fois moins chers que les générateurs au diesel, et entièrement propres», annonce Samit Choksi.

parapluies_inverses_2_036.jpg
businessline.jpg
 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc