Economie

Le textile en perte de vitesse

Par Khadija MASMOUDI | Edition N°:5125 Le 12/10/2017 | Partager
Sa contribution dans la production de l’industrie baisse de 6 points
La chimie parachimie domine les industries de transformation
Faible contribution des petites entreprises à la valeur ajoutée
taux_integration_textile_025.jpg

Le taux d’intégration du tissu industriel  a atteint 65% en 2014 mais avec des disparités entre les différentes branches. Les plus faibles taux d’intégration en 2014 ont été observés dans l’automobile (33%) et la fabrication d’équipements électriques (37%). En revanche, les industries agroalimentaires (86%) et le textile et cuir (69%) sont à des niveaux plus importants

Le textile qui pèse 30% des emplois permanents dans l’industrie est en perte de vitesse: A peine 7% du chiffre d’affaires total du secteur en 2014 et une contribution dans la production manufacturière en recul de 6 points entre 2006 et 2014. Le tableau brossé par le Haut commissariat au plan dans l’enquête nationale sur les structures économiques 2015 crée la surprise témoignant aussi d’un changement du tissu industriel.

La chimie et parachimie domine l’industrie aux côtés de l’agroalimentaire et des industries métalliques et mécaniques.
Cette activité concentre 29% des entreprises industrielles et sa contribution à la production et à la valeur ajoutée est importante: 40% du chiffre d’affaires, de la production et de la valeur  ajoutée et autant pour les exportations du secteur. Elle a également consenti le plus d’investissement: 76% de l’investissement global.

L’industrie chimie parachimie a réalisé la plus forte croissance de l’emploi avec un rythme annuel moyen de 12,4% par an. Sa productivité industrielle est la plus forte de tous les secteurs. Chaque salarié a généré une production annuelle moyenne de 335.000 DH. Ce qui représente plus que le double de la production générés par les salariés des autres secteurs.

L’industrie agroalimentaire, deuxième branche la plus importante, a généré plus du quart du chiffre d’affaires et de la production du secteur industriel. Avec 137.000  salariés permanents (hausse moyenne de 8,3% par an), cette industrie n’investit pas beaucoup et sa contribution dans les exportations est restée limitée. Les industries métalliques sont sur un trend haussier: elles sont à 20% de la production globale du secteur manufacturier en 2014. La branche a exporté près d’un quart de son chiffre d’affaires et a employé environ 136.000  salariés permanents.

finacement_investissment_textile_025.jpg

L’autofinancement est prédominant dans la branche métallique et mécanique, l’agroalimentaire ainsi que le textile et cuir. La chimie parachimie est la seule activité où les entreprises privilégient l’endettement

L’enquête du HCP réalisée en 2015, soit une année après le  lancement du Plan d’accélération industrielle donne une photographie des activités industrielles en 2014.
Elle révèle encore une fois que le secteur industriel présente les caractéristiques structurelles d’une économie en développement. Sa part dans la valeur ajoutée globale a baissé d’un point entre 2006 et 2014 (11,3%) alors que celle de l’emploi industriel dans la population active occupée est limitée à 6%.

L’essentiel des résultats réalisés par l’industrie provient des grandes entreprises. Celles-ci génèrent 85% du chiffre d’affaires, 89% des exportations et emploient  67% des effectifs. Elles sont aussi derrière  94% de l’investissement total réalisé en particulier dans l’achat de matériel et financé à quasi-égalité par l’endettement et autofinancement. Depuis 2006, l’investissement des entreprises industrielles est en hausse de 13,2%, en moyenne par an. Il est à plus de 38,5 milliards de DH en 2014. 

textile_pme_financement_025.jpg

Les PME recourent à l’autofinancement des investissements. Selon le HCP, le taux d’autofinancement des entreprises s’est établi à environ 46% et à 97% pour les petites industries

Selon le HCP, les grandes entreprises des industries chimiques et parachimiques (21% en termes d’effectifs) réalisent 42% du chiffre d’affaires, 43% de la valeur ajoutée et 79% de l’investissement. En revanche, les grandes entreprises du textile et du cuir (27% du total) ont généré 5% du chiffre d’affaires et seulement 2% de l’investissement global!

Dans ce «check-up» du HCP, la très petite, petite et moyenne entreprise restent à la marge. Elles représentent 89% du tissu manufacturier mais produisent à peine 15% de valeur ajoutée industrielle et  emploient 33% des effectifs du secteur. «La valeur ajoutée de ces entités a à peine couvert leurs charges de personnel: la marge bénéficiaire restante n’a pas dépassé 2%», souligne l’enquête.

L’industrie en 2014

Chiffre d’affaires: 434 milliards de DH en hausse de 5,7% en 10 ans
25% du chiffre d’affaires à l’export
Production: 409 milliards de DH, soit 26,5% du total (+5,9%)
Valeur ajoutée: 93,9 milliards de DH, en hausse de 5%
Contribution à la valeur ajoutée totale en baisse d’un point: 11,3% en 2014

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc