Régions

Des premiers projets pour sortir du balnéaire

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5123 Le 10/10/2017 | Partager
Deux contrats signés avec des opérateurs golfiques internationaux
Dans le pipe, des projets avec de grosses agences d’événementiel
philippe_queriaud_023.jpg

Pour Philippe Queriaud, directeur général de Melia, la diversification de l’offre touristique de Saïdia est possible grâce aux multiples atouts dont elle dispose

- L’Économiste: Saïdia super destination touristique... Pourrait-elle, à votre avis, damer le pion à Agadir ou au Nord?  
- Philippe Queriaud: Pourquoi pas? Pour l’heure, notre objectif, à travers ces 3 établissements Meliá Hotels & Resorts, est d’encourager les touristes à choisir cette destination pour la qualité des services qu’elle propose et la découverte d’un cachet local spécifique. Nous avons invité, à cet effet, des voyagistes, tour-opérateurs, agences événementielles et agences golfiques du Maroc, Espagne, Portugal, France, Benelux, Tchéquie et Slovaquie qui peuvent être intéressées par la destination. Nous avons fait venir également plusieurs ambassadeurs accrédités à Rabat de manière à ratisser large et montrer que la destination est en mesure d’assurer des séjours agréables. Nous souhaitons les inciter à programmer la destination dans leurs offres de 2018. Un choix indispensable pour assurer un développement durable et ouverture sur de nouveaux marchés émetteurs.

- Mais comme toutes les stations balnéaires, Saïdia sera confrontée à un moment ou à un autre à la saisonnalité. Quelle est votre recette pour surmonter ce handicap?

- Saïdia n’est pas vouée à être uniquement une destination tournée vers la mer. Il est impératif de diversifier l’offre pour être visible à l’international. Ce qui est possible car l’arrière-pays est un espace naturel riche et varié qui mérite d’être exploré. Ses réserves naturelles, la diversité de son écosystème qui couvre au moins 200 km2: Sibe (site d’intérêt biologique et écolologique), massifs montagneux, désert, oasis, sites archéologiques, sont autant d’atouts à exploiter et à marketer. Notre mission consiste également à délocaliser le marché marocain sur l’Oriental vu que tous les moyens de connectivités avec la région sont assurés.
- Avez-vous déjà décroché des contrats pour concrétiser ces ambitions?
- Nous ne sommes pas seulement une chaîne hôtelière traditionnelle mais un vrai complexe d’activités adaptées aux multiples demandes. Cela nous a permis de signer deux contrats avec deux grands opérateurs golfiques (un français et un belge) qui commenceront à programmer la destination sur leurs brochures de 2018. Deux contrats qui ouvrent la porte sur d’autres opportunités de développement pour la destination. De son côté, la revue internationale de Melia-golf nous a réservé une place dans sa Une.
Nous avons également dans le pipe des contrats avec les opérateurs événementiels grâce aux opportunités de vols aériens directs vers plusieurs pays européens en plus des vols charter. Ces éléments nous permettront d’être vu à l’international et cibler d’autres pays comme le marché scandinave, le canada et les pays de l’Europe de l’Est.
Propos recueillis par Ali KHARROUBI

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc