Régions

Tanger-Tétouan-Al Hoceïma: El Omari tire à boulets rouges sur la régionalisation

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5122 Le 09/10/2017 | Partager
Le président de la Région fustige l’absence de cadre réglementaire
Pas de textes pour gérer les agences régionales d’exécution de projets
Une enveloppe de 13 milliards de DH en suspens
tanger_tetoun_chomage_022.jpg

L’objectif de la Région est de réduire ses indicateurs en matière de pauvreté et de chômage, tout en créant plus d’opportunités de travail pour une population en croissance

Pour Ilyas El Omari, président de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, l'heure est grave. «Deux ans après le lancement de la régionalisation avancée, nous ne disposons pas encore d'outils juridiques pour travailler», déplore le président de la Région. Les textes devant régir le fonctionnement du Conseil n’ont pas encore vu le jour, ce qui retarde considérablement les projets que veut lancer la Région. «Nous travaillons encore avec le règlement interne des collectivités locales, ce qui est très handicapant et ne permet pas d’avancer», fustige-t-il.

C’est le cas de l’Agence régionale d’exécution des projets, véritable bras armé que toutes les régions se doivent de mettre en place. «A quoi bon mettre en place une agence, si elle ne peut recevoir des fonds ni exécuter des projets?», fait observer à juste titre El Omari qui intervenait lors de la session d’octobre du conseil de la Région.

Les élus formant ce conseil avaient voté en février dernier un ambitieux plan de développement portant sur la période 2017-2022 avec un budget total de 13 milliards de DH. Ce plan a pour objectif d’effacer les inégalités et d’apporter de la richesse en tablant sur le fort potentiel de la zone. Plusieurs projets sont prévus dont un circuit d’essais automobile et l’encouragement de la pisciculture. Mais sans les instruments nécessaires à son opérationnalisation, l'Agence censée rendre ces projets réalisables sur le terrain, reste une coquille vide.

El Omari a indiqué avoir proposé l’idée d’une journée d’étude sur la régionalisation avancée afin de tirer les conclusions qui s’imposent après deux années de pratique. «L’objectif est de faire un diagnostic de la situation afin de trouver les couacs et la manière d’y remédier » note ce dernier. A l’événement seront invités les autres régions mais aussi des experts et des responsables gouvernementaux, avec à leur tête le chef de gouvernement. Une manière de donner plus de légitimité à la journée et du poids à ses recommandations.

A noter que les perspectives de développement au Nord sont prometteuses. L’objectif à moyen terme est d’arriver à accompagner le développement démographique de la Région qui gagnera un demi-million d’habitants de plus au terme des 5 prochaines années et dépassera les 4 millions dès 2022. Le taux de pauvreté qui est actuellement de 10% devrait atteindre les 8,5% en 2022 et 7% en 2025.

A cette date, 130.000 personnes auront été sorties du gouffre de la pauvreté. Une autre bataille est celle du chômage. Le plan d’El Omari est de le réduire de 1,2 point, d’atteindre les 9% en 2022 et 7% à l’horizon 2025. Pour ce, 320.000 emplois seront créés d’ici là dont 70.000 pour la seule future ville industrielle chinoise Mohammed VI Tanger Tech.

Région: Un budget en expansion pour Tanger-Tétouan-Al Hoceïma

Le Conseil de la Région de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma, réuni pour la session d’octobre, vient de voter son budget pour l’année 2018. Son montant a atteint les 678 millions de DH, en nette croissance de 17% par rapport à l’année précédente. Il comporte plusieurs nouveautés comme l’augmentation de la part dédiée à l’acquisition des terrains avec 100 millions de DH, trois fois plus qu’en 2017 et ce en prévision des besoins liés au développement du projet Tanger Tech, la zone industrielle chinoise de Ain Dalia ou le projet d’une université à Ksar El Kébir. Il s’agit d’un établissement supérieur multidisciplinaire dont le budget total atteint les 125 millions de DH, terrain non inclus. L’établissement verra le jour à l’horizon 2021. En attendant, un amphithéâtre dédié à l’accueil des étudiants en 2e année droit sera érigé à la périphérie de la ville. Il est le fruit de la collaboration entre le Conseil de la Région, l’université Abdelmalek Essaidi et le ministère de l’Education nationale, de la formation professionnelle et de l’enseignement supérieur.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc