Economie

Transferts des MRE Le pari de la diversification

Par Mohamed CHAOUI | Edition N°:5116 Le 29/09/2017 | Partager
Le dispositif d’appui financier «MDM invest» très peu utilisé
Le ministère de tutelle prépare d’autres formules
transferts_des_mre_016.jpg

Les Marocains inscrits dans les missions diplomatiques et postes consulaires des principaux pays européens s’élèvent à près de 3,7 millions de personnes.  Ce total ne comprend pas les clandestins et ceux qui n’éprouvent pas l’utilité de s’inscrire dans les missions diplomatiques

Les transferts des MRE sont en progression en dépit de la crise, leur diversification est en revanche faible. Pour remédier à cette situation, des dispositifs ont été mis en place ou sont en cours d’élaboration pour mieux canaliser ces flux, vers des secteurs, à forte valeur ajoutée et créateurs d’emplois. Ainsi, le dispositif d’appui financier «MDM invest», garanti par la Caisse centrale de garantie, mais très peu utilisé, a été reconduit.

Ce mécanisme est articulé autour d’un apport en fonds propres en devises d’au moins 25% du montant du projet et d’une subvention de l’Etat de 10%, plafonnée à 5 millions de DH. Les secteurs d’activités éligibles à ce mécanisme sont l’industrie et les services liés notamment à l’éducation, l’hôtellerie et la santé. Abdelkrim Benatiq veut vulgariser davantage les informations relatives à l’acte d’investissement dont un guide à la création de l’entreprise, le climat d’affaires, les grands chantiers économiques… Une plateforme digitale  (www.marocainsdumonde.gov.ma) existe, avec un système destiné au suivi en ligne des projets et une base documentaire.

En matière d’accompagnement des porteurs de projets, le ministère a mis en place une structure administrative ayant pour mission de les informer et de les orienter vers les secteurs prioritaires de l’économie. Il s’agit aussi de «les assister durant toutes les étapes de réalisation de leurs projets et dans l’identification des formes de partenariat à mettre en place avec les acteurs locaux et régionaux», note Benatiq. D’ailleurs, cette action a débouché sur la création de 16 clubs d’investisseurs à travers le Royaume.

En outre, des partenariats stratégiques ciblant l’acte d’investir sont développés dans le cadre de la coopération bilatérale comportant généralement deux volets : l’information et la sensibilisation dans le pays de résidence, ainsi que l’appui et l’assistance technique au Maroc. Plusieurs programmes sont en cours de réalisation ou d’élaboration avec la coopération française, belge, allemande…

La 13e région sur les rails

La CGEM, en partenariat avec le ministère des MRE et des affaires de la migration, a lancé récemment, la création d’une région économique virtuelle baptisée la «13e région» des Marocains entrepreneurs du Monde (MeM). Dans cette opération, «le patronat veut mettre au service des opérateurs MRE, sa représentativité institutionnelle, sa légitimité en tant que partenaire du gouvernement, en plus de sa connaissance de la réalité de l’entreprise et de l’administration », avait indiqué Miriem Bensalah-Chaqroun. L’objectif est de les accompagner sur certains marchés étrangers. Pour Abdelkrim Benatiq, « cette plateforme virtuelle vise à faciliter l’intégration des MeM dans l’économie marocaine en y apportant leur expérience et leur savoir-faire. L’idée aussi est de faciliter le développement des exportations marocaines sur les marchés étrangers par le biais des MeM et de contribuer ainsi au développement du Maroc et à la valorisation de son image à l’international.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc