Entreprises

Blanchisseries industrielles: De nouveaux standards sur le marché

Par Amin RBOUB | Edition N°:5116 Le 29/09/2017 | Partager
Laverie professionnelle, entretien, location, confection... le concept Au Clair
Agroalimentaire, hôtellerie- restauration, santé... la cible

Un nouvel entrant se démarque dans le domaine des blanchisseries industrielles et des vêtements de travail. Il s’agit du groupe Au Clair, qui vient d’investir ses ateliers dans la Zone d’activité économique (ZAE) de Ben Slimane. Derrière cette implantation, deux jeunes français trentenaires (Alexandre Tournier et Gérald Brevard, tous deux originaires de Grenoble) qui ont vendu tous leurs biens en France pour relever le challenge d’investir au Maroc en introduisant un nouveau concept de blanchisserie, nettoyage à sec, fabrication et conception/modélisme de tenues professionnelles, location de vêtements de travail, commercialisation de produits d’hygiène. Les deux associés ont à leur actif une expérience de 15 ans dans la blanchisserie dans la région Rhône-Alpes. 

Chemises, blouses, pantalons, combinaisons, uniformes, tee-shirts, polos, casquettes, charlottes, calots, chaussures... L’éventail des articles est des plus exhaustifs. Au Clair fait aussi office de laverie pour le linge d’hôtels, plats, ustensiles de restauration. «La blanchisserie industrielle est notre coeur de métier. Pour diversifier l’activité, nous y avons greffé la confection de tenues professionnelles avec une offre à la carte et du vêtement professionnel adapté à la demande et au secteur d’activité», explique Alexandre Tournier, DG et cofondateur.

En fait, les deux activités (blanchisserie et confection) sont complémentaires, tient à préciser Tournier. La valeur ajoutée du concept Au Clair est plus dans les prestations de location-entretien. «Au départ, nous avions deux options: soit acheter les vêtements, soit les fabriquer nous-mêmes. Finalement, nous avons opté pour la seconde option afin de maîtriser l’ensemble du process et répondre parfaitement à la demande», raconte Gérald Brevard, directeur commercial.

La force de l’entreprise est dans la réactivité. «Le prototype est réalisé en 48 heures. De plus, des délais aussi courts avec le meilleur compromis qualité/prix ne sont pas possibles dans la sous-traitance», fait valoir Brevard. Autre argument fort, la prestation des textiles techniques destinés notamment à la clientèle dans l’industrie pharmaceutique, avec des tissus antistatiques (qui ne collent pas), importés d’Espagne. «Tous nos tissus sont importés d’Espagne et du Portugal. Nous ne faisons pas de sérigraphie, tout est brodé», précisent les deux patrons.

A l’origine de cette implantation, un important potentiel dans le domaine des services offerts aux entreprises. «Notre coeur de cible priorise l’agroalimentaire en premier, suivi de l’hôtellerie-restauration et la santé», révèle Tournier. Il y a aussi des marchés à prendre dans le domaine des collectivités. «Nous sommes en train de soumissionner pour équiper les forces de police d’un pays en Amérique latine. Nous avons réalisé le prototype avec des tissus spéciaux», annoncent les deux associés.

Au Clair a développé ses propres prototypes pour les agents de sécurité pour qu’ils soient visibles le soir. «C’est une offre à la carte, du sur-mesure en fonction du métier, mais avec du conseil», fait valoir Tournier. Dans les ateliers Au Clair, une vingtaine de personnes veillent au grain. Le process blanchisserie est rodé avec 4 machines de dernière génération numérisées. Une seule machine coûte 600.000 DH. La prochaine acquisition porte sur un lave-linge ultra sophistiqué à 1 million de DH.

Pour monter en régime, deux nouvelles machines seront acquises en 2018. Baptisé «Marche en avant», le process démarre dans une zone de récupération et de tri du linge en fonction du degré de salissure et des coloris. Le linge arrive tout noir et repart tout blanc immaculé. Le dosage du lavage est automatique et l’ensemble de la chaîne est informatisé.

Ce qui permet de chiffrer le volume, la consommation d’eau, d’électricité, le nombre d’heures... Pour avoir un meilleur lavage, l’eau est adoucie et mélangée avec des détergents spéciaux. Ensuite, le linge passe par deux séchoirs à gaz. Après, tout passe à la finition, le repassage et le contrôle qualité. Le repassage dure 40 secondes par pièce. S’ensuivent des standards de pliage via gabarit et emballage.

 Traçabilité, marquage, codage...

Pour assurer une meilleure traçabilité, tous les articles sont identifiés à l’aide d’une étiquette. Ce qui permet un suivi rigoureux tout au long de la durée de vie de la tenue. Tous les articles sont dotés d’un code-barre et sont bipés pour que le bon de ramassage soit à l’identique au bon de réception. Ce dernier est envoyé par mail au client via un logiciel et des applications dédiées. Il y a 2 types de traçabilité: un code qui suit l’article pendant toute sa durée de vie et une traçabilité logistique avec un code-barre pour traduire tous les éléments en bon d’expédition.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc