Société

1re édition du meeting national du Barbe: La filière équine sur la bonne voie

Par Jamal Eddine HERRADI | Edition N°:5114 Le 27/09/2017 | Partager
Objectif: en faire un moteur de développement économique
Améliorer les races Arabe-Barbe et Barbe
cheval-tbourida-014.gif

 Le Barbe et Arabe-Barbe, races emblématiques du Maroc, conviennent parfaitement à un grand nombre d’utilisations, qu’il s’agisse de la tbourida, l’art équestre moderne, l’apprentissage de l’équitation, l’endurance, le dressage ou encore les randonnées (Ph. L'Economiste)

On y pensait depuis un moment déjà. L’idée a germé depuis. Aujourd’hui, elle est en phase de concrétisation. En effet, la Société royale d’encouragement du cheval (Sorec) s’est mobilisée pour la valorisation du cheval Barbe et Arabe Barbe. Elle vient d’initier une manifestation qui, certainement, ne manquera pas de devenir un rendez-vous incontournable marquant une nouvelle étape dans la promotion de ces races ancrées dans le patrimoine marocain.

Il s’agit du meeting national du Barbe et Arabe Barbe. La première édition de cette manifestation s’est tenue du 20 au 24 septembre au haras national d’El Jadida. Elle a connu un franc succès qui a dépassé, et de loin, les attentes des organisateurs. Et se veut, désormais, une véritable vitrine des potentiels et débouchés de ces races ainsi qu’une plate-forme de rencontres des professionnels du secteur.

Première du genre, cette grande manifestation est le prolongement de la politique que mène la Sorec en faveur du Barbe et Arabe-Barbe, dans le cadre de la Stratégie nationale de la filière équine. Le Barbe et Arabe-Barbe, races emblématiques du Maroc, conviennent parfaitement à un grand nombre d’utilisations, qu’il s’agisse de la tbourida, l’art équestre moderne, l’apprentissage de l’équitation, l’endurance, le dressage ou les randonnées, et constituent un réel levier de développement économique, social et culturel.

Outre les championnats nationaux d’élevage des chevaux Barbe et Arabe Barbe, le meeting a offert un programme riche et diversifié: un rallye équestre, des compétitions de maniabilité, dressage et saut d’obstacles, une vente aux enchères, des ateliers de démonstrations et table ronde. Le rallye et les compétitions, épreuves sportives, ont mis en avant les atouts de ces deux races. Ainsi, force et énergie mais aussi docilité et courage de ces races prêtent parfaitement à l’apprentissage de ce type d’épreuves.

Le volet élevage était aussi présent à travers l’organisation d’une vente aux enchères du Barbe et de l’Arabe Barbe. Plateforme de transaction entre éleveurs-naisseurs et utilisateurs, celle-ci permet la vente de chevaux dans un cadre institutionnel et réglementé ainsi que la valorisation du programme génétique de reproduction.

Evénements équins phares, les championnats nationaux d’élevage Barbe et Arabe Barbe ont pour objectifs de mettre en valeur les meilleurs chevaux du Royaume, d’identifier les reproducteurs et d’orienter les éleveurs vers les bonnes pratiques de l’élevage.

Améliorer génétiquement la race

La Stratégie nationale de la filière équine a réservé une place de choix au Barbe. Grâce à la dynamique initiée par la Sorec, le Barbe est devenu aujourd’hui «le cheval du Maroc». Aussi, veille-t-on à l’accompagnement des éleveurs et à leur encadrement dans le but d’améliorer génétiquement les races Barbe et Arabe Barbe. Un accompagnement qui s’est traduit, dans un  premier temps, par la mise à disposition des éleveurs d’étalons de qualité. Il faut aussi noter l’octroi de subventions et de primes.
Cette politique a permis, depuis 2011, de multiplier par trois le nombre de chevaux issus de ces deux races. En effet, le Maroc compte actuellement 48.375 chevaux Arabe-Barbe et 1.385 chevaux Barbe.

                                                                    

Il y a 3.000 ans…

cheval_barbe_014.jpg

Le Barbe, ou cheval berbère, est apparu en Afrique du Nord il y a vraisemblablement plus de 3.000 ans. C’est un cheval de race pure et un autochtone du Grand Maghreb, berceau de la race. Des études paléontologiques, gravures et peintures rupestres, monuments, etc. en témoignent. La race est, de surcroît, à l’origine de la création de plusieurs races, notamment, le Pur-sang anglais, le cheval espagnol ou ibérique et le quarter horse américain.

Les chevaux Barbes sont les compagnons traditionnels des nomades et des éleveurs de l’Atlas et des hauts plateaux. Ils ont été les montures des soldats lors de nombreuses guerres et ont accompagné les cavaleries numides, les conquérants arabes et ont fait la force des armées européennes.

Taillés pour l’Afrique du Nord, les Barbes sont des chevaux rustiques, capables de supporter des conditions climatiques très rigoureuses (chaleur, sécheresse, nuits très froides et grandes amplitudes thermiques...). Capables de supporter l’effort sur une longue durée, sans fatigue excessive, les Barbes se suffisent d’un minimum d’eau et de ration alimentaire.

En outre, le Barbe est un cheval doux, calme et courageux. Il est fort et énergique. Son dressage est aisé. Il s’adapte à de nombreuses utilisations. Il est  idéal pour l’ensemble des arts équestres.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc