Insolites

Un Monde Fou

Par L'Economiste | Edition N°:5110 Le 20/09/2017 | Partager

■ Des toilettes suisses bouchées par des liasses de 500 euros

toilettes_suisse_010.jpg

La justice genevoise enquête sur une découverte mystérieuse: des liasses de billets de 500 euros, totalisant environ 100.000 euros, ont obstrué les toilettes de la salle des coffres d'une agence de la banque UBS et de trois restaurants des environs. Ces billets de banque, bien authentiques, «ont été vraisemblablement découpés aux ciseaux», a expliqué à l'AFP un porte-parole de la justice genevoise, Vincent Derouand, confirmant une information du journal La Tribune de Genève. «Cela a eu comme effet collatéral de boucher les toilettes», dit-il. Les faits se sont déroulés à la mi-mai. Dans un premier temps, les toilettes de la salle des coffres de l'agence d'UBS, qui dispose de services de gestion de fortune, ont été obstruées, selon la justice. Quelques jours plus tard, les sanitaires de trois restaurants du quartier subissaient le même sort. Une partie de l'argent a pu être récupérée et gardée par les autorités qui suspectent deux personnes. La justice refuse d'en dire plus à ce stade, l'enquête étant en cours. D'après La Tribune de Genève, ces fonds appartiendraient à des femmes espagnoles qui avaient déposé le pactole dans un coffre-fort à Genève il y a quelques années. Comment la police a-t-elle eu vent de l'affaire? «Par les plaintes des restaurants», mécontents de voir leurs toilettes obstruées, même par des billets de banque. Rajoutant encore un peu plus au mystère, «un avocat, représentant les personnes qui ont jeté les billets, est passé et les a dédommagés» pour les frais de plomberie, raconte M. Derouand, expliquant que les propriétaires des restaurants ont alors retiré leurs plaintes.

■ Des éléphants noctambules pour échapper aux braconniers
Etonnant! Les éléphants d'Afrique, animaux diurnes, ont appris à se déplacer et à se nourrir la nuit, pour mieux se cacher le jour et échapper ainsi à l'attention des braconniers dans les zones où ceux-ci sévissent particulièrement, révèle une étude. L'an dernier, ce type de comportement avait pu être observé sur un éléphant baptisé Morgan, équipé d'un collier GPS, qui s'était mis en tête de traverser une région très risquée, souligne l'organisation de protection des animaux Save The Elephants et l'Université de Twente (Pays-Bas) dans un communiqué publié mercredi. Ce mâle solitaire avait quitté la région côtière du sud-est du Kenya pour aller jusqu'en Somalie. Pour traverser cette zone très périlleuse pour les éléphants, il avait adopté une stratégie de survie en marchant essentiellement la nuit et en se dissimulant au milieu des arbustes le jour. Pour étudier la modification du comportement des éléphants face au danger représenté par les braconniers qui convoitent leurs défenses en ivoire, les scientifiques de Save The Elephants ont établi un ratio permettant de mesurer l'activité de l'animal la nuit par rapport à celle de jour. «Notre hypothèse est que le braconnage représente clairement un risque diurne», expliquent-ils dans leur étude publiée dans Ecological Indicators. «Cette étude montre la capacité de l'éléphant, le plus grand mammifère terrestre, à adapter son comportement pour sa sécurité», souligne le fondateur de Save The Elephants, Ian Douglas-Hamilton, co-auteur de l'étude.

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc