Culture

Oujda, capitale maghrébine du livre

Par Ali KHARROUBI | Edition N°:5105 Le 13/09/2017 | Partager
Un espace commun d’intelligence culturelle pour dépasser les clivages
Hommages posthumes à Mernissi, Djebar, Arkoune et Abed Aljabiri
oujda-livres-005.jpg

L’événement initié par l’Agence de l’Oriental et ses partenaires institutionnels est organisé sous le Haut patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI (Source: Digital Garden)

La ville d’Oujda accueillera son premier salon maghrébin du livre «Lettres du Maghreb» sous le thème «Dire la jeunesse, écrire l’espoir» du 21 au 24 septembre 2017. Une thématique qui n’est pas fortuite. Le but étant de proposer un espace commun d’intelligence culturelle pour dépasser les clivages des idées et des hommes.

«Dire la jeunesse et écrire l’espoir» est également un appel pour positionner Oujda sur l’échiquier des grandes manifestations du livre. Et aussi interpeller les décideurs pour se pencher sérieusement sur le champ culturel. La ville, qui voit ses anciens lieux de culture s’effriter, a besoin d’une nouvelle stratégie culturelle. Plus d’une vingtaine de libraires ont changé de commerce à cause de la régression qu’a connue le secteur.

La ville ne dispose ni d’une réelle bibliothèque municipale ni d’une grande librairie. Reste que dans cette désolation,  l’Agence de l’Oriental dotera la ville d’une grande bibliothèque régionale qui sera inaugurée en mars 2018 et qui a nécessité un budget de 15 millions de DH.
Pour ce premier salon maghrébin du livre, un chapiteau de 3.000 m2 est en phase finale de montage, sur la place du 3 mars, pour permettre à une cinquantaine d’éditeurs, libraires et institutions d’exposer leurs offres. Au total, 36 interventions traiteront des thématiques abordées par la littérature maghrébine et africaine: Migration et écriture, expériences d’écritures féminines, les spécificités culturelles, la littérature et la jeunesse maghrébine,... En parallèle, les débats des 4 tables rondes se focaliseront sur la représentation du Maroc dans les salons internationaux du livre, les enjeux du conte traditionnel à l’ère de la modernité et les techniques d’écriture romanesque et poétique.

De même, une cinquantaine d’écrivains sont conviés à l’événement dont Hassouna Mesbahi (Tunisie), Nacreddine Hamouda et Wassini Laâraj (Algérie), Abdellah Oueld Mhammedi (Mauritanie), Mariama Ndoye , Boris Boubakar Diop du Sénégal et Mohamed El Achâari, Laarbi Mrabet, Jalil Bennani, Driss Jaydane, Bouazza Benachir, Asmae Lemrabet, Rachid Benzine, Mahi Binebine, Rajae Benchemssi, Maria Guessous, Sonia Terrab et bien d’autres.

Il sera également procédé à la signature de plusieurs livres à l’espace Agora et au café littéraire. Un hommage posthume sera rendu à Fatima Mernissi, Assia Djebar, Mohammed Arkoune et Mohammed Abed Aljabiri pour l’ensemble de leurs œuvres. L’invité d’honneur de ce premier salon est le Sénégal.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc