Economie

OCP: L’activité reprend, la rentabilité moins

Par Moulay Ahmed BELGHITI | Edition N°:5105 Le 13/09/2017 | Partager
L’Office réalise un chiffre d’affaires en hausse de 7%
Il profite de l’augmentation de la demande et la baisse des prix de matières premières
Le résultat net baisse, tout de même, de 25%
ocp_rentbilite_005.jpg

Evoluant dans un contexte plus favorable, l’OCP a amélioré son activité avec une hausse des ventes suite à la reprise de la demande mondiale. Ceci dit, malgré la maîtrise des coûts de production et la baisse des cours des matières premières, la rentabilité de l’Office se stabilise voire se réduit très légèrement

L’OCP a, semble-t-il, définitivement tourné la page du cycle baissier de 2016. Le phosphatier réalise des performances financières positives au premier semestre maintenant ainsi la tendance haussière observée au cours des 3 premiers mois de 2017. Profitant de l’effet combiné de l’augmentation de la demande et de la baisse des prix des matières premières, l’activité de l’Office s’améliore avec une hausse de 7% du chiffre d’affaires par rapport à la même période de 2016 pour se hisser à près de 23,2 milliards de DH.

Le management du groupe attribue cette évolution à «la croissance de 28% des revenus de la roche et de 17% de ceux des engrais». Il faut dire, comme le rappelle l’OCP, dans sa communication financière, que ses ventes à l’international se sont bien comportées atteignant «des niveaux records» profitant de la demande de produits premium provenant du marché africain. A ce titre, l’OCP y réalise des performances remarquables avec une progression de ses ventes dans toutes les régions et vers lesquelles les exportations ont bondi de 44%.

Dans ce sillage, l’Office améliore sa marge brute. Celle-ci augmente de 5% sur les 6 premiers mois de l’année pour s’établir à plus de 15 milliards de DH sous l’effet combiné de la hausse des volumes exportés et la baisse des cours de matières premières.

Côté rentabilité, et contrairement au premier trimestre, l’Ebidta se stabilise (voire baisse légèrement) par rapport au 1er semestre 2016 à 5,908 milliards de DH. Cela se traduit par une perte de 100 points de base (en une année) de la marge d’Ebidta à 26% en raison du recul des prix des phosphates qui dépasse l’effet de la baisse des cours de matières premières et l’augmentation des ventes de roche et d’engrais. Cette marge demeure, selon le top management du groupe, «supérieure à la moyenne de l’industrie».  

Parallèlement, le groupe a maintenu sa rigueur en matière de maîtrise des coûts de production. Profitant de la montée en puissance du pipeline, OCP a réalisé 807 millions de DH d’économies de coûts, soit quasiment le double des économies du premier semestre 2017. Ceci étant, le résultat d’exploitation s’est détérioré de près de 1 milliard de DH comparé aux 6 premiers mois de 2016 à 3,09 milliards de DH. OCP assimile ce repli principalement à la mise en service de nouvelles installations et des coûts d’amortissement qui y sont liés.

Au final, le résultat net semestriel de l’OCP ressort en baisse de près de 26% par rapport à la même période de l’exercice précédent pour se fixer à près de 1,5 milliard de DH. Sur le plan bilanciel, l’Office disposait à fin juin d’une trésorerie positive de près de 4 milliards de DH. En face sa dette financière du groupe culmine à près de 42,9 milliards de DH. A ce niveau, le ratio de la dette financière nette/Ebidta ressort à 3,45 à fin juin.

Ces réalisations confirment la stratégie du groupe qui vise à assurer et maintenir ses équilibres financiers à travers, la diversification, l’augmentation des capacités de production, la maîtrise des coûts, la flexibilité commerciale et le maintien d’un niveau d’investissement important. Justement, OCP a investi plus de 7,4 milliards de DH au premier semestre 2017. Un montant qui est en phase avec son programme d’investissement.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc