Economie

Ciment: Pas de reprise pour 2017

Par Nadia DREF | Edition N°:5103 Le 11/09/2017 | Partager
La consommation a reculé de 10,33% en août suite à la baisse de l’activité dans les BTP
Baisse attendue de 40 à 50% de la production des matériaux de construction en septembre
resultats_lesieur_cristal_003.jpg

Les arrêts des chantiers avant l’Aïd et durant les jours fériés ont impacté négativement les ventes du ciment en août

La morosité du secteur du BTP déteint sur la consommation du ciment. Malgré l’envolée surprenante de juillet, le volume commercialisé en août a baissé de 10,33% atteignant 1,28 million de tonnes contre 1,37 million au cours du même mois de 2016. Le cumul sur les huit mois de l’année est en repli de 4,88%.

C’est ce qui ressort des statistiques fournies par l’Association professionnelle des cimentiers (APC) qui affirme que la reprise attendue n’était pas au rendez-vous. Effet de Aïd Al Adha, baisse des mises en chantiers surtout dans l’auto-construction, ralentissement des chantiers de travaux publics… Les causes sont multiples.

David Toledano, président de la Fédération des matériaux de construction (FMC), temporise. «Les ventes du mois d’août n’étaient pas catastrophiques. S’il n’y avait pas les arrêts anticipés des chantiers avant l’Aïd, les ventes auraient été bonnes, comme celles de l’année dernière». C’est le mois de septembre que les industriels craignent le plus. «L’activité va ralentir au cours de ce mois. La production risque de baisser jusqu’à 40 à 50%. Dans certaines branches comme les briques et la céramique, il y aura même des arrêts d’usines», ajoute-t-il.

Une situation assez préoccupante pour le secteur. «Nous avons une très mauvaise visibilité», affirme Toledano. Pour le moment les carnets de commandes restent aléatoires dépendant de la demande interne qui commence à donner, toutefois, des signes positifs. Les professionnels tablent sur la relance des chantiers de TP et des travaux de rénovation qui reprennent alors que les promoteurs trouvent du mal à écouler leurs stocks actuels. Les grands promoteurs étant en voie de rétablissement restent prudents. Ce sont les moyens et petits qui lancent de nouveaux projets.

Du côté de la Fédération nationale du bâtiment et travaux publics (FNBTP), les professionnels misent sur les projets programmés dans le cadre des plans de développement régionaux pour booster l’activité alors que le secteur est en pleine inertie. «La commande publique a baissé de 80% cette année», avait confié à L’Economiste El Mouloudi Benhamane, président de la Fédération.

En termes de perspective, l’année 2017 est fortement compromise. Les professionnels prennent leur mal en patience. «L’année sera certainement négative. Nous espérons que l’activité baissera de 5 à 10%, sauf surprise due à une reprise inattendue comme celle de juillet qui a beaucoup amorti la chute», précise le président de la FMC.

-12% pour le Grand Casablanca

Les 6 sur 7 régions qui absorbent en moyenne 70% des ventes de ciment ont connu des baisses comprises entre -5% et -26,73% en août. Le Grand Casablanca, toujours en tête, a absorbé 290.101 tonnes, soit un volume en déclin de 12%. Rabat-Salé-Zemmour-Zaër arrive en deuxième place avec des ventes atteignant 179.130 tonnes, en hausse de 5,26%. Elle est suivie de Tanger-Tétouan-Al Hoceïma dont la consommation a baissé de près de 9% avec des écoulements de l’ordre de 157.793 tonnes. Marrakech-Safi a consommé 156.375 tonnes en recul de 5%. Sous-Massa-Drâa a absorbé 109.555 tonnes, soit une réduction de 5,65% par rapport à la consommation du même mois de 2016. Fès-Meknès a également vu les ventes du ciment fléchir. Les baisses ont atteint -18,30% cumulant 101.593 tonnes. L’Oriental n’est pas en reste. La consommation du ciment a chuté de 20,73%, durant le mois d’août s’établissant à 97.781 tonnes contre 123.352, un an auparavant.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc