Régions

Rabat/Conseil: Le PAM joue le jeu

Par Noureddine EL AISSI | Edition N°:5100 Le 06/09/2017 | Partager
Ses élus ont adopté tous les projets présentés en session extraordinaire
Parkings souterrains, gare routière, foire internationale…
Mais la situation financière de la commune pose problème
conseil-de-rabat-00.gif

Après s’être placés dans une posture de blocage il y a 15 jours, les élus du PAM ont subitement changé de position en adoptant l’ensemble des points de l’ordre du jour de la session extraordinaire du conseil de la ville (Ph. NEA)

Volte-face des élus du PAM  qui conduisent l’opposition au conseil de la ville de Rabat dirigé par le maire PJDiste Mohamed Sadiki. Après un blocage de la majorité des travaux du conseil de la ville, ils ont subitement affiché une coopération lors de la session extraordinaire tenue, mercredi dernier, en adoptant la totalité des points de l’ordre du jour. Ce sont pourtant les mêmes que les élus du PAM avaient combattu lors de la session du 15 août dernier.

Comment peut-on donc expliquer ce revirement? «Après avoir marqué notre position en dénonçant la gestion des affaires de la commune, on a jugé nécessaire de  voter les points de l’ordre du jour dont la majorité porte sur des projets relevant du programme de développement urbain de Rabat (2014-2018)», justifie un élu du PAM. Parmi ces projets, il y a la construction  de 4 parkings publics souterrains d’une capacité de 2.555 places.

Ce nouveau climat a permis l’adoption avec une majorité écrasante (50 voix pour contre 2 abstentions) du projet de cahier des charges ainsi que la convention correspondante pour la réalisation et la gestion déléguée de ces parkings. Malgré cette détente, ce point a soulevé des réserves de la part de certains élus. A l’origine, le projet devrait être confié à la société Rabat Parking dont les actionnaires sont la commune (51%) et CGPark (groupe CDG), relève Saâd Benbarek, élu.

Il préside également le conseil d'administration de Rabat Parking. Mais cette option nécessite la mobilisation des fonds que la situation financière de la commune ne permettra pas, précise-t-il. La réalisation de ces parkings nécessite tout d’abord une étude actualisée sur la mobilité, avance Omar Balafrej, élu de la FGD. Et une autre sur la rentabilité des parkings souterrains déjà en service, complète Omar Hayani, un autre élu du FGD.

Parmi les autres points adoptés lors de cette session extraordinaire,  la création d’une SDL pour la gestion de la future gare routière dont le coût de réalisation est estimé à 140 millions. Le Conseil a donné le feu vert pour l’acquisition du foncier pour la réalisation de la Foire internationale de Rabat.

Certains élus ont néanmoins émis des réserves sur la situation juridique de ce terrain, de plus de 4 ha, cédé par la ville à l’ex-Régie autonome du transport de Rabat actuellement en liquidation. Comment la ville va-t-elle procéder à l’acquisition d’un foncier qui lui appartenait auparavant, s’interroge un certain nombre d’élus.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc