International

Europe : L’impasse migratoire

Par Amine SAHRANE | Edition N°:5095 Le 29/08/2017 | Partager
Mini-sommet entre dirigeants à l’Elysée
Des politiques incertaines sur fond de lutte contre le terrorisme et le populisme
impasse_migratoire_095.jpg

L’Europe se cherche toujours sur la question migratoire. Un mini-sommet de chefs d’Etats européens et africains consacré au sujet se tenait lundi 28 août à l’Elysée. La rencontre a réuni plusieurs dirigeants dont la chancelière allemande Angela Merkel et les chefs de gouvernement italien et espagnol, Paolo Gentiloni et Mariano Rajoy. A l’heure où nous mettions sous presse le détail des résolutions ne filtrait pas encore.

Une chose est certaine: le sujet est d’actualité. L’attitude de l’Europe face à la question migratoire ne fait pas l’unanimité. Sous couvert de la protection des africains contre les traversées meurtrières de la méditerranée, les européens tiennent surtout à fermer leurs frontières. Les derniers attentats terroristes à Barcelone et d’autres pays en Europe ne facilitent pas non plus la tâche pour un débat serein. Au contraire, les partis populistes et xénophobes salivent dans la perspective des prochaines élections.

Certaines capitales européennes souhaitent que leurs partenaires du sud, comme le Maroc, fassent le gendarme. Ils leur promettent en contrepartie des politiques d’assouplissement de visa et des aides. Des promesses qui n’aboutissent pas toujours…
D’autres capitales ont commencé à faire le ménage, parfois de façon musclée. L’intervention le 19 août dernier de la police italienne contre des migrants qui habitaient dans un immeuble en est un parfait exemple. L’opération s’est soldée par l’expulsion violente de plusieurs réfugiés qui squattaient un immeuble dans le centre de Rome. L’AFP avance le chiffre curieux de 800 occupants, la plupart étant originaire d’Ethiopie et d’Erythrée.

Jeudi 24 août la police italienne a eu recours au canon à eau et aux matraques pour évacuer les dizaines de réfugiés restés sur place. Ces derniers ont répliqué en lançant des bombonnes de gaz et des pierres. Un enregistrement vidéo de l’événement montre même un responsable de la police lancer: «ceux-là doivent disparaître, tant pis pour eux. S’ils jettent quelque chose, cassez-leur un bras».

Les routes migratoires commencent à reprendre du côté du Maroc et de l’Espagne. Depuis 2014, pas moins de 14.000 migrants sont morts en Méditerranée. Les pays africains réclament quant à eux plus de soutien. «La lutte contre l’Immigration illégale se mène sur deux axes, le développement et le volet sécuritaire. Le sommet de Paris sera l’occasion de faire le point, et d’obtenir des appuis», a précisé l’entourage du président nigérien Issoufou à l’AFP. «Nous sommes pressés de voir des actions concrètes pour que les candidats à l’immigration aient des alternatives et cessent de rêver d’Europe», ajoute la même source.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc