Société

Une radio pour les mamans célibataires

Par Stéphanie JACOB | Edition N°:5094 Le 28/08/2017 | Partager
«Mère en ligne» vise à faire entendre leur voix
Elle est diffusée en ligne, à 100% en darija
Des émissions animées par les mamans elles-mêmes

Faite par les mères célibataires, mais ouverte à tous. Protection juridique, conseils de psychologues, témoignages et débats, ou santé sexuelle et reproductive des femmes, sont quelques-uns des sujets de la grille des programmes de la radio communautaire «Mère en ligne».

Voulue comme un outil de plaidoyer, elle permet aux mères célibataires de se réapproprier la parole dans l’espace public, de sensibiliser les acteurs locaux sur leur exclusion et de rendre visibles leurs revendications. Il aura fallu 2 ans à l’association 100% Mamans, et à son partenaire, l’ONG italienne Soleterre, pour concrétiser ce projet inédit au Maroc, financé par l’Union européenne, en partenariat avec le ministère marocain de la Famille.

7 mamans sont aujourd’hui animatrices de 7 émissions hebdomadaires, dont les thématiques ont toutes été choisies par les femmes soutenues par l’association. «L’objectif premier était de donner la parole aux mères célibataires elles-mêmes, plutôt que d’entendre les autres parler à leur place, car elles sont les mieux placées pour s’exprimer sur leur situation», explique Sarah Lamjamri, responsable communication et plaidoyer de 100% Mamans. En effet, Fatima, Naima, Saloua, Ilham, Rachida, Yassina et Aziza abordent chacune dans leur émission tout ce qui est utile de savoir pour sortir de l’ombre et du déni. Pour l’instant, la radio n’est disponible que sur le web, faute de statut juridique pour les radios associatives.

Elle est également uniquement en darija. L’association 100% Mamans, à l’origine de la radio, oeuvre à Tanger depuis plus de 10 ans. Elle accueille les mères célibataires, les accompagne et les conseille, permet à leurs enfants d’être inscrits sur les registres de l’état civil et mène des actions de reconnaissance de paternité.

Son rôle est aussi tourné vers la prévention, la communication et la formations pour l’emploi. Une crèche est, également, mise à disposition, accueillant tous les jours une quarantaine d’enfants. A leurs côtés, des volontaires. Un avocat, une assistante sanitaire et des jeunes du Maroc, de Chine, d’Egypte, d’Ukraine ou de Tunisie, chargés d’animer les ateliers et les sorties pour les femmes et les enfants bénéficiaires. Parmi eux, de plus en plus de garçons demandent à être bénévoles. «Des indicateurs qui montrent qu’une certaine conscience de la situation commence à s’installer. Mais la route est encore longue…», avoue Sarah.

 L’homme, ce grand absent...

radio_maman_celibataire_094.jpg

En 2010, Khalid Ghnimi, alors médecin à l’hôpital public, s’est trouvé confronté à la situation d’une mère célibataire avec 2 enfants à charge. «En cherchant une structure pour l’aider, j’ai découvert l’association 100% Mamans et je me suis porté volontaire», confie-t-il. Aujourd’hui, il en est le président et avoue qu’avec le temps, l’opinion publique se fait un peu plus clémente, même si des réticences persistent. «Ceux qui viennent nous voir à l’association peuvent rapidement changer d’avis et comprendre que c’est une réalité qui n’a rien à voir avec les préjugés», dit-il. Et les hommes alors? Pour lui, «ce sont les grands absents. Ils profitent d’une réalité où les lois, la culture, les habitudes les protègent avant de disparaître dans l’indifférence». Grâce à la sensibilisation, l’association espère changer la donne.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc