International

Café: Une production record pour la saison 2016-2017

Par Fatim-Zahra TOHRY | Edition N°:5090 Le 22/08/2017 | Partager
Les prévisions sont estimées à 153,9 millions de sacs, selon l’OIC
Plus de la moitié va à l’export
cafe_090.jpg

Le Brésil et le Vietnam sont classés au premier rang des pays producteurs de café

Une production de café historique. La campagne 2016/2017 a été revue à la hausse à 153,9 millions de sacs par rapport à l’estimation précédente de 151,6 millions, selon les chiffres de l’Organisation internationale du café (OIC) datés de juillet 2017.

Cela est principalement dû à une augmentation de la production en Indonésie qui a été révisée à la hausse de 10 millions à 11,5 millions de sacs et une révision importante de 4,2 millions de sacs pour le Pérou. Bien que la production ait fortement repris en Colombie depuis la crise de la rouille des feuilles du caféier, la croissance est lentement altérée.

Le total de la production pour 2016/2017 devrait augmenter de 1,5% par rapport à l’an dernier, ce qui constituerait un record historique. Si le total de la production d’Arabica pourrait atteindre 97,3 millions de sacs, en hausse de 10,2%, celui de Robusta devrait baisser de 10,6% à 56,6 millions de sacs.
Les exportations totales de juin se sont établies à 10,4 millions de sacs, soit 5,7% de plus qu’en juin 2016. Pendant les neuf premiers mois de l’année caféière 2016/2017, ces exportations ont augmenté de 4,9 millions de sacs par rapport à l’an dernier. Les expéditions se sont élevées à 87,4 millions de sacs. La forte performance à l’exportation a entraîné la constitution de grosses réserves dans les pays importateurs.

La dynamique du marché en juillet semble avoir été favorisée par une association de plusieurs facteurs ayant une incidence sur la chaîne d’approvisionnement au Brésil. Dans les régions productrices d’Arabica dans ce pays, des rapports font état de la faiblesse inattendue des rendements auxquels font face les caféiculteurs qui effectuent actuellement la récolte de 2017/2018. Les fèves sont plus petites qu’à l’habitude à cause des conditions météorologiques défavorables au début de la saison.

Ceci est exacerbé par des dégâts considérables résultant de l’infestation due aux scolytes du fruit du caféier. L’interdiction d’utilisation de pesticides «endosulfan» hautement controversés mais efficaces, utilisés par les agriculteurs dans le passé, a entraîné la propagation significative de ce ravageur. D’après les estimations, près de 30% de la récolte est touchée dans les principales régions productrices, affectant négativement la qualité des fèves. Enfin, outre ces facteurs agronomiques, l’affaiblissement du dollar américain a réduit la compétitivité du café brésilien sur le marché mondial, entravant les exportations.

En juillet, les prix du café ont augmenté de façon significative. Une ventilation par prix indicatif de groupe révèle que les prix des groupes d’Arabica ont plus fortement grimpé que les Robustas comparativement à juin. Les trois groupes d’Arabica ont enregistré des hausses significatives, les prix moyens des «Doux de Colombie», des «autres doux» et des Brésil et autres Arabicas naturels augmentant entre 4,4% et 4,5%.

Le prix mensuel moyen des Robustas a augmenté de 2,9%. Suite aux tendances des cotations des Arabicas et des Robustas, l’arbitrage mesuré sur les marchés à terme de New York et de Londres a augmenté de 13,1% à 39,68 cents EU la livre. Pendant ce temps, la volatilité intrajournalière du prix indicatif composé de l’OIC a augmenté de 0,5 point de pourcentage à 7,5%.

 

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc