Economie

Ciment: Reprise inespérée en juillet

Par Nadia DREF | Edition N°:5085 Le | Partager
Les volumes commercialisés ont grimpé de plus de 42% le mois dernier
A fin juillet, le cumul a enregistré une baisse de 4% contre 9,24% au 1er semestre
L’effet MRE, l’auto-construction, le BTP, les travaux de voiries… dopent le business
marche_ciment_085.jpg

Sept régions absorbent le plus gros des ventes. Casablanca-Settat est indétrônable

Un mois de juillet exceptionnel chez les cimentiers.  Les ventes du ciment ont bondi de 42,25% en juillet dernier comparé au même mois de l’année dernière. Les volumes ont atteint 1,2 million de tonnes contre 846.494 tonnes à la même période un an auparavant. En attendant la confirmation de la reprise, les opérateurs retiennent encore leur souffle.

«Si cette hausse est maintenue au cours du mois d’août, nous allons pouvoir rattraper le retard cette année», a confié à L’Economiste Ahmed Bouhaouli, directeur délégué de l’Association professionnelle des cimentiers (APC).  Cette augmentation exceptionnelle intervient alors que le marché est en berne depuis le début de l’année. Une vraie prouesse après la chute de 30,5% de la consommation en juin dernier. La forte demande de la colle noire est surtout liée à la reprise de l’auto-construction qui représente 40%, de la demande nationale, encouragée par l’arrivée massive de Marocains résidant à l’étranger.

Elle est également favorisée par la reprise du marché des travaux publics qui a été freiné par le retard enregistré lors de la composition de l’actuel gouvernement (réhabilitation des villes, travaux de voiries, élargissement des voies et des autoroutes, asphaltage, trottoirs...). Rien que pour les travaux de voiries à Casablanca, il est prévu un budget de 3 milliards de DH d’ici 2020. Sans compter les ouvrages d’art, les trémies, les ponts, le grand théâtre, la marina, CFC ou encore l’aménagement de la nouvelle ville de Zénata avec un méga-chantier d’infrastructures, VRD… s’y ajoutent d’autres grands chantiers structurants, à travers le Royaume, qui font augmenter la commande publique.

ciment_reprises_085.jpg

Le marché reprend des couleurs après une forte chute de 30,5% en juin dernier

Reste que le problème de retard des paiements pénalise encore le secteur des BTP. Les délais dépassent largement les 90 jours, voire plusieurs mois.  Par région, une grande demande a été observée au niveau des grands marchés au cours du mois dernier. Casablanca-Settat, première région consommatrice, a vu les achats du ciment bondir de 43,45% avec 272.415 tonnes. Elle est talonnée par Rabat-Salé-Kénitra qui a absorbé 167.223 tonnes en hausse de 45,65% par rapport à fin juillet 2016.

Arrive en troisième position, Tanger-Tétouan-Al Hoceïma dont les ventes ont atteint 151.705 tonnes en augmentation de 47,63%. Le Nord est suivi par Marrakech-Safi qui a consommé 148.985 tonnes soit un bond de 43,83%. Souss-Massa n’est pas en reste. La région d’Agadir a vu les volumes commercialisés grimper de 63,94% atteignant 112.975 tonnes.

L’Oriental, quant à lui, a cumulé 105.271 tonnes, en croissance de 33,67% tandis que Fès-Meknès en a écoulé 103.704 tonnes, en hausse de 29,93%. La région qui a enregistré le plus bas volume est Dakhla-Oued Eddahab avec 8.661 tonnes en progression de 71,48% par rapport à fin juillet 2016.

Grâce aux bonnes performances de juillet dernier, le cumul enregistré au cours des sept premiers mois de l’année n’a baissé que de près de 4% contrairement au premier semestre dont les ventes ont fléchi de 10%. Le volume des ventes a atteint 7,97 millions de tonnes contre 8,3 millions de tonnes, un an auparavant.

Distribution et conditionnement

LES canaux de distribution du ciment sont le négoce, le bâtiment, les TP, le préfabriqué et le béton prêt à l’emploi. C’est le négoce qui  rafle le gros du commerce avec des volumes de 657.818 tonnes sur un total de 1,2 million de tonnes absorbées en juillet dernier. Le reste est ventilé comme suit: 160.978 tonnes pour le BPE, 84.366 pour le préfabriqué, 52.145 pour le bâtiment et 50.306 pour les TP. Par produit, c’est toujours le CPJ 45 qui est le plus utilisé concentrant près de 60% des ventes. Il est principalement destiné à la production de bétons armés et de bétons destinés aux travaux de grande masse. Le reste est réparti entre le CPJ 35 et le CPJ 55 à quasi-égalité.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc