Economie

Le Maroc tisse sa toile à Singapour

Par Tilila EL GHOUARI | Edition N°:5083 Le 09/08/2017 | Partager
Le pays est une véritable plateforme pour les échanges commerciaux en Asie
IT, électronique, offshoring, industrie navale... de nouvelles opportunités
Un marché porteur pour les opérateurs nationaux
maroc_singapour_083.jpg

Singapour est la première place financière d’Asie du Sud-Est. Son positionnement géographique stratégique, à l’entrée du fameux détroit de Malacca où passe aujourd’hui plus d’un tiers du commerce maritime mondial, fait du pays un véritable entrepôt et carrefour du commerce international

Singapour, l’une des économies les plus florissantes au monde, s’ouvre davantage aux exportateurs marocains. Offshoring, technologies de l’information et de la communication, industrie pharmaceutique, logistique, automobile,... des secteurs qui semblent attirer les opérateurs des deux pays. Du moins, c’est ce qui ressort des premiers résultats de la mission exploratoire organisée par le Centre marocain de promotion des exportations, Maroc Export, en juillet dernier.

Cette rencontre a connu la participation de l’Agence marocaine de développement de la logistique (AMDL), de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), de la Fédération du commerce et des services (FCS), de l’Association marocaine des exportateurs (ASMEX), de l’Association des femmes entrepreneurs du Maroc (AFEM), ainsi que de Fédérations et d’associations professionnelles sectorielles et représentants du secteur public et privé.

Afin de renforcer les échanges économiques et donner un renouveau aux relations, les intervenants marocains ont décliné les différentes opportunités qui s’offriraient aux Singapouriens sur le territoire national comme, notamment, le plan d’Accélération industrielle et le plan Maroc Numeric 2020. «Certes, ils ne connaissent pas bien notre marché, mais ils sont très intéressés et veulent nouer des relations économiques avec nous», informe Myriam Ezzakhrajy, secrétaire générale de l'Afem. Pour cela, le pays dispose d’un atout de taille qui n’est autre que son positionnement géographique privilégié, à proximité de l'Europe et de l'Afrique avec qui il entretient des liens historiques, culturels et politiques importants.

Par ailleurs, la solution logistique intégrée basée à la zone franche du port TangerMed permet à la fois de recevoir, stocker et distribuer les produits en provenance de Singapour pour les expédier en Afrique, en Europe, au Moyen-Orient et en Méditerranée. De son côté, Singapour a également une position géographique stratégique. A l’entrée du fameux détroit de Malacca où passe aujourd’hui plus d’un tiers du commerce maritime mondial et grâce à son port qui est l'un des plus importants au monde, le pays se positionne en tant que hub logistique pour toute la région asiatique. Plus de 68 millions de conteneurs y transitent par an.

Une véritable porte d’entrée vers le marché de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est «ASEAN». Celle-ci, en plus de Singapour, compte dix pays, à savoir: la Malaisie, les Philippines, l’Indonésie, la Thaïlande, le Brunei, le Vietnam, le Laos, la Birmanie et le Cambodge. De plus, le port a créé un écosystème autour du transport maritime qui inclut l’offshoring, la réparation des bateaux, la logistique…

sigapour-083.jpg

Singapour est la première place financière d’Asie du Sud-Est. Son positionnement géographique stratégique, à l’entrée du fameux détroit de Malacca où passe aujourd’hui plus d’un tiers du commerce maritime mondial, fait du pays un véritable entrepôt et carrefour du commerce international

Par ailleurs, l’homologue de Maroc Export, l’International Entreprise Singapour (IES), facilite aux opérateurs l'insertion sur le marché singapourien. «L’IES met tous les moyens à disposition des investisseurs étrangers. Si vous passez par lui, pas besoin de frapper à plusieurs portes», précise Myriam Ezzakhrajy. L’IES a prévu d’organiser une mission d’hommes d’affaires singapouriens au Maroc en 2018. A l’issue de cette mission, les opérateurs des deux pays ont pu tirer certaines opportunités à court et moyen terme. «L’électronique, l’offshoring, l’industrie navale et d’autres secteurs ont été identifiés pour une délocalisation vers l’Europe et l’Afrique à partir du Maroc», précise le management de Maroc Export.

«Le but était de prendre contact avec les entrepreneurs singapouriens afin de renforcer nos relations économiques et explorer les pistes de partenariat. Ceci étant fait, à nous maintenant de fructifier les contacts et de les inviter à venir chez nous», souligne la secrétaire générale de l’Afem. 

Pour rappel, les échanges commerciaux entre le Maroc et Singapour ont démarré depuis des années. En 2016, ils ont atteint 351,2 millions de dollars, dont  248,4 millions de dollars en exportations marocaines, contre 102,8 millions de dollars pour les importations. Par ailleurs, la balance commerciale a enregistré un excédent en faveur du Maroc avec un taux de couverture positif de 241%.

Même si les exportations vers Singapour sont en constante progression, elles demeurent faiblement diversifiées. Elles se limitent aux machines électriques et équipements qui accaparent la part du lion (99% des échanges). Du côté des importations, elles sont constituées de vêtements, d’accessoires de vêtement, de bonneterie et de fruits comestibles (écorces d'agrumes ou de melons).

Principal hub pour l’exportation en Asie

Singapour est un carrefour commercial en Asie du Sud-Est. Sa force est tirée de son grand port qui est l'un des plus importants au monde. Après celui de Hong Kong, il est le deuxième en termes de volume total de trafic de transbordement des porte-conteneurs. Singapour est, ainsi, très ouvert aux échanges et tributaire du commerce international. Le pays est classé 15e exportateur/importateur au monde. En effet, après les Etats-Unis, géant mondial en échanges de services commerciaux, les autres principaux opérateurs en 2016 sont: la Chine, l'Allemagne, le Royaume-Uni, la France, le Japon, les Pays-Bas, l'Irlande, Singapour et l'Inde. La part des exportations et importations dans le PIB en 2016 représente, respectivement, 172% 146%. Par ailleurs, Singapour est un des pays où il fait bon d’investir. Son risque pays est l’un des plus faibles au monde, il est jugé «satisfaisant» selon Coface. o

Repères

  • Population: 5,6 millions d’habitants.
  • Superficie: 719,1 km²
  • PIB: 297 milliards de dollars
  • Croissance du PIB en 2016: 2%
  • IDE: 61.597 millions de dollars

Part des principaux secteurs d’activité dans le PIB en 2016

  • Industrie: 26%
  • Services: 74%
  • Exportations: 172%
  • Importations: 146%

Source Banque mondiale

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc