Brèves internationales

Brèves Internationales

Par L'Economiste | Edition N°:5079 Le 03/08/2017 | Partager

■ Ventes de voitures en baisse pour les 3 géants de l’automobile américains

vente_voiture_usa_079.jpg

General Motors (GM), Ford et Fiat Chrysler ont annoncé mardi une baisse de leurs ventes de véhicules neufs en juillet. Pour GM, les méventes qui interviennent en dépit de la mise en place de crédits à taux zéro, ne font que confirmer que «le marché continue à faiblir». D’après le cabinet Autodata, la baisse s’élèverait à 7% en juillet, cinquième mois consécutif de baisse. Au cas par cas, GM n’a vendu que 226.106 nouvelles voitures soit une chute de 15,4%, Ford n’a enregistré que 200.212 immatriculations (-7,5%) et Fiat Chrysler n’a pu vendre que 161.477 unités (-10%). Pour Jessica Caldwell, analyste chez Edmunds.com, les consommateurs américains, au-delà des prêts à taux zéro qui doivent continuer, veulent un plus grand nombre d’incitations à l’achat. En outre, la diminution n’a pas été sans conséquence pour les employés. Obligés de réduire leur production, les patrons de GM notamment, ont annoncé la fermeture temporaire de certaines usines et du chômage technique pour des salariés.
■ Or noir: le prix du baril en baisse
Les cours du pétrole ont nettement reculé mardi, terminant en dessous de la barre des 50 dollars le baril à New York. Le prix du baril de «light sweet crude» (WTI), référence américaine du brut, a perdu 1,01 dollar à 49,16 dollars sur le contrat pour livraison en septembre au New York Mercantile Exchange (Nymex). Des indicateurs économiques contrastés ont «servi de déclencheur à des prises de bénéfices», a commenté Mike Lynch de Strategic Energy & Economic Research à l’AFP. Le marché subissait par ailleurs un léger regain du dollar. La nette baisse de ce dernier avait été l'un des principaux moteurs de la hausse des cours lors des mois précédents en rendant le brut, libellé dans cette monnaie, mécaniquement moins onéreux pour les acheteurs utilisant d'autres devises.

■ Surprenante accélération du secteur manufacturier chinois
L'activité manufacturière en Chine a nettement accéléré en juillet. Selon l'indice indépendant publié mardi par le groupe de médias Caixin, l'indice des directeurs d'achat (PMI), calculé par le cabinet IHS Markit s'est établi à 51,1 en juillet, contre 50,4 en juin et 49,6 en mai. Le PMI est un  baromètre fondé, notamment sur les carnets de commandes des entreprises, et jugé annonciateur de la conjoncture à venir. Il est aussi très suivi des marchés. «Il est au plus haut depuis quatre mois avec un rebond des sous-indices mesurant la production et les nouvelles commandes», a commenté Zhong Zhengsheng, économiste du cabinet d'analyse CEBM lié à Caixin. Cela «suggère que la croissance modérée de la production manufacturière va se poursuivre», estime-t-il. C'est justement là que le bât blesse: Pékin s'efforce de dégonfler l'énorme endettement du pays et de contrer les risques redoutables liés à l'envolée du crédit et d'une «finance de l'ombre» non régulée, quitte notamment à resserrer la politique monétaire.

■ Royaume-Uni: Le prince Philip prend sa retraite

le_prince_philip_079.jpg

(Ph. AFP)

A 96 ans, le mari de la reine d'Angleterre, a pris sa retraite hier. D'un tempérament fougueux et doté d'un humour réputé corrosif, le prince Philip seconde son épouse, plus réservée, depuis son accession au trône en 1952. Néanmoins, il ne se retirera pas totalement de la vie publique et continuera, quand il en aura envie, d'accompagner Elizabeth II dans ses engagements. Parrain, président ou membre de plus de 785 organisations, il continuera à les soutenir, mais ne jouera «plus de rôle actif en participant à des engagements», selon le palais de Buckingham.
 
■ Afghanistan: Une mosquée chiite ciblée par des kamikazes

afghanostan_079.jpg

(Ph. AFP)

C'est en pleine prière que des assaillants ont, mardi dernier, ouvert le feu sur les fidèles de la mosquée chiite d'Hérat. La minorité religieuse Afghane n'est pas à sa première attaque à son encontre. Les attaques sont endossées par l'Etat Islamique et les talibans. Cette fois-ci l'opération, qui a fait 30 morts et 64 blessés, n'a toujours pas été revendiquée, mais les talibans ont rapidement fait savoir qu'ils n'étaient pas responsables. Un climat de tension s'est installé dans la ville, où la population locale accuse l'oisiveté des services de l'ordre qui étaient, selon un individu, «à 100 mètres de la mosquée et ont pris la fuite à la première détonation».
 
■ Etats-Unis: Le «gendarme du monde» en quête du Moyen-Orient
Le secrétaire d'Etat américain, Rex Tillerson, a annoncé mardi dernier l'envoi prochain dans le Golfe de deux émissaires. Ils contribueront à résoudre la crise qui oppose le Qatar à plusieurs puissances régionales. «Le but n'est pas que les pays en crise se reparlent, mais qu'ils se mettent autour d'une table et commencent à discuter», insiste Tillerson.
L'Arabie saoudite, le Bahreïn, les Emirats arabes unis et l'Egypte ont coupé, depuis le 5 juin, leurs relations diplomatiques avec le Qatar, qu'ils accusent de soutenir des islamistes extrémistes et, au-delà, de se rapprocher de l'Iran. Doha, qui rejette les accusations, a conclu un accord avec Washington pour lutter contre le financement du terrorisme. Rex Tillerson a assuré que le Qatar «respectait ses engagements».

■ Yémen: La pire crise humanitaire mise sous silence
La coalition dirigée par l'Arabie saoudite au Yémen entrave la livraison de carburant aux avions de l'ONU apportant de l'aide humanitaire à Sanaa sous contrôle rebelle. «Nous avons des difficultés à obtenir l'accord de la coalition et du gouvernement du Yémen pour acheminer du carburant afin de faciliter ces vols humanitaires», a déclaré Auke Lootsma, représentant du Programme de développement des Nations unies au Yémen. «Il n'y a pas de fin en vue» à ce conflit qui a fait depuis 2015 plus de 8.000 morts et plus de 44.500 blessés, déplore le responsable de l'ONU.

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc