Entreprises

Bank Al-Maghrib: Les bénéfices renouent avec la croissance

Par Franck FAGNON | Edition N°:5079 Le 03/08/2017 | Partager
1 milliard de DH dégagé en 2016
Hors élément non récurrent, les profits ont augmenté de 21%
Le renforcement des réserves de changes et les taux favorables sur le marché dollar en soutien
bank-al_maghrib_079.jpg

Les bénéfices se redressent après trois années de baisse. Les opérations de gestion des réserves de changes ont été un soutien contrairement aux opérations de politique monétaire. Ces dernières ont vu leur résultat chuter de 60%

Bank Al-Maghrib a stoppé trois années consécutives de baisse de son résultat net. Celui-ci s’est établi à 1 milliard de DH en 2016, en hausse de 92%. Ce rebond spectaculaire s’explique pour une bonne partie par la régularisation d’une marge d’intermédiation de 619 millions de DH sur les opérations de change de billets de banque étrangers sur la période de juin 2012 à décembre 2014. Retraité de cet élément non récurrent, le résultat net progresse de 21%.

Le redressement des bénéfices a été principalement soutenu par les opérations de gestion des réserves de changes. Elles ont permis de dégager un résultat de 1,7 milliard de DH. La Banque centrale a profité du renforcement du matelas de devises, mais également des conditions de taux favorables sur le marché dollar. Le rendement moyen des placements en or et en devises s’est amélioré de 19 points de base à 0,71%, relève Bank Al-Maghrib dans son rapport annuel.

Première source de revenu selon les années - suivant le comportement des réserves de changes et du rendement de leur placement - le résultat des opérations de politique monétaire a poursuivi sa glissade. Après une contre-performance de 46% en 2015, il a chuté de 60% l’année dernière pour s’établir à 355 millions de DH. Il représente 13% du résultat des activités de la Banque centrale contre 34% une année auparavant.

La baisse importante de ce poste est la conséquence de l’amélioration des liquidités bancaires dans un contexte de ralentissement de la demande de crédit. Les banques recourent moins à la monnaie centrale pour se refinancer. L’institution d’émission à même suspendu ses avances à 7 jours durant trois mois (avril-mai-juin) en 2016.

L’effondrement du résultat des opérations de politique monétaire reflète aussi la stratégie accommodante de Bank Al-Maghrib qui a réduit, en mars 2016, le taux directeur de 0,25 point à 2,25%. La réinstauration de la rémunération de la réserve monétaire (0,75%) pour les banques les plus dynamiques en matière d’octroi de crédit a aussi entraîné une charge de 6,2 millions de DH, même si cela ne pèse pas beaucoup dans la balance.

Au total, les activités de Bank Al-Maghrib ont généré un résultat de 2,8 milliards de DH, en hausse de 6%. Avec des charges d’exploitation en légère hausse de 1% à 1,7 milliard de DH, elle améliore son coefficient d’exploitation de 3 points à 60%.

                                                               

92% des réserves de changes investies en obligations

L’environnement de taux bas en Europe a pesé sur les profits de Bank Al-Maghrib ces dernières années. L’institution privilégie d’abord la sécurité pour la gestion des réserves de changes, mais procède à des ajustements en fonction de l’évolution des taux. A fin 2016, les avoirs et placements en devises dépassaient 238 milliards de DH dont 92% sont placés sur des actifs obligataires. Les titres d’investissement dominent avec un montant de 161 milliards de DH. Ce portefeuille a été renforcé de 34% alors que celui des titres de placement a été réduit de 19% à 59 milliards de DH. La baisse s’explique surtout par la réduction de 25% à 36 milliards de DH de la poche allouée aux titres libellés en euro.

Sur le compartiment monétaire, Bank Al-Maghrib a poursuivi ses dépôts en euro auprès des banques marocaines pour limiter l’impact des taux négatifs dans la zone euro. La BCE a fixé son principal taux directeur à 0% et le taux de facilité de dépôt à -0,4%.
Par ailleurs, le stock d’or détenu par Bank Al-Maghrib est resté inchangé à 22 tonnes. Mais il a pris 11% en valeur à 8,3 milliards de DH, suite à la hausse de 9% du cours de l’or en 2016. 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc