Régions

Relents de culture à Asilah

Par Ali ABJIOU | Edition N°:5074 Le 27/07/2017 | Partager
Une ville transformée en galerie à ciel ouvert le temps d’un mois
L’Afrique en invité d’honneur du Moussem d’Asilah

Le Moussem d’Asilah, l’un des festivals les plus anciens du pays, vient de clore sa 39e édition en laissant derrière lui de belles fresques . Comme chaque année, l’événement a réussi à réveiller de sa léthargie Asilah, une petite ville qui pense grand aux portes de l’océan Atlantique. Tenu du 7 au 25 juillet, le Moussem s’est caractérisé lors de cette édition par l’accueil de l’Afrique par la grande porte. En effet, c’est au continent africain que le Moussem a consacré l’essentiel de ses discussions. L’objectif, selon les organisateurs, est d’adopter une approche objective et globale, tout en s’appuyant sur des idées novatrices, afin de proposer des solutions viables pour les problèmes du continent africain. Le choix de cette thématique repose essentiellement, selon Mohamed Benaïssa, ancien ministre de la Culture et des Affaires étrangères, et actuellement secrétaire général de la Fondation du Forum d’Asilah, constitue une continuation d’un champ de connaissances ouvert et un pari sur l’avenir, lancé depuis 1981 à Asilah. Selon ce dernier, l’Afrique a toujours été présente dans les discussions du Moussem, mais lors de cette édition, il a été décidé d’en faire l’invité d’honneur. Cette année, la manifestation, initiée par la Fondation du Forum d’Asilah, a prévu l’organisation de trois autres rencontres dans le cadre de la 32e session de l’Université d’été Al-Mouatamid Ibn Abbad autour des thèmes du populisme et l’ordre de la gouvernance démocratique, les musulmans en occident: réalités et aspirations, et de la pensée arabe contemporaine et la question religieuse. En parallèle, la ville d’Asilah ne manque pas de devenir une véritable galerie à ciel ouvert durant le Moussem. Des artistes venus des quatre coins du globe y sont invités pour peindre et décorer de leurs fresques les murs de la ville. Une tradition qui perdure depuis la première édition et qui fait d’Asilah une destination culturelle à part entière. Le Moussem, comme à son habitude, a aussi compté avec des ateliers de peinture murale, de ‘street art’ pour les plus jeunes ainsi que  des ateliers d’art plastique (peinture, gravure et céramique) et un important volet dédié à la musique. 

  • SUIVEZ-NOUS:

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc